Archives

La lettre de l'Agora Vol 2 No 8, avril 2010

La mort française de Freud

par Jacques Dufresne, Encyclopédie de l'inaptitude

La Lettre de L'Agora en format PDF

Aux États-Unis, on serait quelque peu étonné, si l'on était au courant de l'événement, de l'ampleur que prend le débat sur Freud, en France, après la publication du brûlot de Michel Onfray: Le crépuscule d'une idole. Le Time magazine avait en effet annoncé solennellement la mort de Freud le 29 novembre 1993 tout en lui faisant l'honneur de sa page couverture. À l'appui de sa thèse, Michel Onfray cite l'ouvrage magistral de Henri F. Ellenberger, À la découverte de l'inconscient.  Il se trouve que la principale adversaire du philosophe iconoclaste, Élisabeth Roudinesco, a fait l'éloge de ce livre. Il se trouve aussi que le docteur Ellenberger fut pour moi un maître et un ami, que j'ai publié plusieurs de ses articles de même qu'un de ses livres intitulé Les mouvements de libération mythique. J'ai surtout écrit en 1973 un article en français sur À la découverte de l'inconscient, avant même que le livre ne soit traduit de l'anglais. Il s'intitule : « Du sorcier au psychiatre ». La querelle française m'a incité à le relire.

Lecture publique de Sénèque à North Hatley

L'Encyclopédie de l'Agora présente une lecture  publique de lettres de Sénèque à Lucilius. Avec le comédien Jack Robitaille, qui triomphe en ce moment à Québec dans  Charbonneau et le chef.  Vincent Bélanger l'acccompagnera au violoncelle.

 Le samedi 5 juin 2010, 16h. Église Ste-Élisabeth de Nort Hatley, 3115 Chemin Capelton. Entrée 15 $. Information: encyclopedieagora@gmail.com  819 838-1883.  Programme détaillé: Dossier Sénèque


Jacques Dufresne et Hélène Laberge, fondateurs de l´Agora
et l´équipe des collaborateurs de l´Agora

 

 


La fatigue linguistique de la France

par Marc Chevrier, Encyclopédie de la Francophonie

« La fin du pouvoir politique français a précipité la fin de la langue française. Même les élites françaises ont jeté la serviette. Elles s’en contrefichent. Elles se sont toutes mises à l’anglais. Et même la classe ouvrière, je ne parle pas que des immigrants, ne se soucie guère non plus de préserver l’intégrité de la langue. » Le New York Times citant Éric Zemmour.

Une nouvelle religion: la neutralité

par Jacques Dufresne, Encyclopédie de l'Agora

Que l'État doive être juste face aux diverses croyances présentes dans la société, cela va de soi. Faut-il que cette justice prenne la forme du principe neutralité? C'est une autre question. Elle comporte des difficultés dont il faut être conscient. Quand la neutralité  devient un idéal, au lieu d'être une simple nécessité politique, tout se brouille. Elle peut prendre la forme d'un nihilisme militant. Il s'agit d'une position forte, forte de ses affinités avec une science sur laquelle on croit pouvoir s'appuyer pour réduire les convictions à des manifestions interchangeables d'une subjectivité irrationnelle. Sa mission est alors d'opérer un nettoyage éthique qui, en invalidant tout jugement de valeur fondé sur une métaphysique ou une religion, voire sur une spiritualité, laisse le champ libre aux pouvoirs établis. Que des opinions exsangues! Plus de convictions! Ne restent que les faits et les forces. Cette neutralité fait le bonheur des empires en place et renforce le succès des tendances lourdes. Elle devient la forme la plus insidieuse et la plus nocive du conservatisme.

 

Opacité de la transparence 

 Encyclopédie de l'Agora

Quel est donc le mensonge qui a fait de la transparence dans les institutions la vertu des vertus? Quiconque a été en position d'autorité, ne serait-ce qu'au sein d'une famille, n'en doutera jamais: on ne peut pas tout rendre public et celui qui s'engage à le faire est un irresponsable...ou un hypocrite qui a déjà imaginé le dossier secret qui doublera le dossier ouvert au public. La vertu cardinale c'est la prudence, laquelle permet, au cas par cas, de distinguer ce qui peut être révélé de ce qui doit demeurer secret. La transparence est une mode, contemporaine de la téléréalité, qui substitue au pouvoir du peuple le pouvoir sous le regard du peuple, regard parfois voyeur.

 

Kaitiakitanga, ou la version maorie du développement durable

par Andrée Mathieu, Encyclopédie de l'Agora

La Nouvelle-Zélande a décidé de ratifier la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU le 13 septembre 2007. Quatre pays ont toujours refusé de signer la Déclaration des Nations Unies, ils ne sont plus que trois : l’Australie, le Canada et les États-Unis. Pita Sharples, le ministre des Affaires Maori, a déclaré devant les Nations Unies que la Nouvelle-Zélande reconnaît que le peuple Maori a un statut particulier en Nouvelle-Zélande, à titre de peuple indigène, et que la communauté Maori est impliquée dans les affaires politiques et la législation.

 


 LIVRES

Par-delà l'école machine

Collectif sous la direction de Marc Chevrier. Collaborateurs: Normand Baillargeon, Rachel Bégin, Mathieu-Robert  Sauvé, François Charbonneau, Éric Bédard, Jacques Dufresne

L'école québécoise, devenue socioconstructiviste par un décret de lointaine inspiration personnaliste, est neutre, évidemment. Les élèves n'y sont ni bons ni mauvais. Puisque chacun construit le savoir à sa façon, chacun a raison et le grand commandement de l'estime de soi oblige à ne jamais le contredire ou le contrarier en lui donnant de mauvaises notes. Chacun est aussi autonome à un point tel que le maître doit se faire pardonner d'avoir plus de connaissances que ses élèves. Qu'importent d'ailleurs les connaissances, puisque l'histoire commande de les remplacer par des compétences et qu'importent les sciences puisque les connaissances y occupent une place démesurée. L'admiration: un sentiment périmé! Comment admirer ce qu'on a construit à son image. On ne peut que s'y complaire. Caricature? Le livre vous convaincra du contraire.