Archives

La lettre de l'Agora Vol 4 No 1, septembre  2011

La planète abstraite des banquiers

par Jacques Dufresne

Pour s'enrichir désormais on ne produit des biens que lorsqu'on n'est pas assez astucieux ou pas assez favorisé par le destin pour atteindre le même but sans effort: par la spéculation. [...] Nous avons tort toutefois de montrer du doigt les spéculateurs, banquiers ou non, comme s'ils appartenaient à une lointaine planète du mal. Ils sont en réalité favorisés par un climat auquel nous contribuons tous. Ce climat est caractérisé par le virtuel, mot de la même famille que formalisme, abstraction, désincarnation... posthumanité. [...] 

C'est la personnalité alexithymique qui caractérise ce début de millénaire, celle qui a peine à faire correspondre à ses émotions des mots et des signes de son corps, celle qui n'est à l'aise que dans les situations où il faut résoudre des problèmes techniques, celle qui, à force de cultiver la performance, d'être une volonté tendue vers un objectif, a perdu le don d'être un désir accueillant un plaisir. Dans un tel contexte, vous êtes assuré de vous distinguer, vous êtes promis à la gloire, si vous êtes un être de chair et d'âme, éprouvant des sentiments authentiques que vous exprimez avec naturel. C'est ce qui explique que Jack Layton, un homme politique canadien, ait eu droit à des funérailles d'État, alors qu'il n'avait jamais exercé le pouvoir et qu'il venait tout juste d'accéder au poste de chef de l'opposition au parlement d'Ottawa.

 

 


Ray C Anderson, pionnier du développement durable en entreprise

par Andrée Mathieu, Encyclopédie de l'Agora

Ray Anderson est mort le 8 août 2011. Son entreprise, Interface, spécialisée dans les revêtements de sol modulaires, s'est progressivement rapprochée de la nuisance zéro tout en continuant de faire des profits. Taylor et Ford sont passés à l'histoire en accroissant la productivité au détriment des travailleurs et de l'environnement. Ray C.Anderson a accompli le même exploit dans le respect des travailleurs et de l'environnement. Notre collaboratrice et amie Andrée Mathieu, l'a bien connu, voici son témoignage.

Dictionnaire de médecine pharmaceutique

par Pierre Biron, Encyclopédie de l'Agora

Voici une contribution majeure à cette culture médicale sans laquelle les coûts de la santé demeureront hors de contôle. D'abord destiné aux médecins, ce dictionnaire, parce qu'il est engagé, tout en demeurant parfaitement rigoureux,  intéressera le lecteur ordinaire en raison des nombreuses mises en garde qu'il contient. Voici comment l'auteur, le docteur Pierre Biron, traduit l'expression Agressively assertive: agressivement péremptoire,  un des trois éléments de l’arrogance de la médecine préventive selon David Sackett : « La médecine préventive est agressivement péremptoire, pourchassant des individus asymptomatiques et leur disant ce qu’ils doivent faire pour demeurer en santé ».

Traiter le malade plutôt que ses chiffres

par Jacques Dufresne, Encyclopédie de l'Agora

Le titre est banal, mais l'article que nous commentons ici ne l'est pas. Il enferme une solution au problème à première vue insoluble du contrôle des coûts de la santé. Il suffirait de lire attentivement les articles de cette qualité et d'avoir le courage d'opposer une résistance à l'industrie pharmaceutique.

La philosophie comme mode de vie

Daniel Desroches, Encyclopédie de l'Agora

On conçoit souvent la philosophie comme la discussion de textes savants, comme l'élaboration de systèmes ou de doctrines abstraites, bref comme une succession de conceptions théoriques. Pourtant, l’examen attentif des textes anciens par l’helléniste Pierre Hadot (1922-2010) a bien montré que la signification première de la philosophie antique réside dans un choix de vie formé d’exercices, c'est-à-dire dans la pratique d’un mode de vie propre. Si la redécouverte récente de la vie philosophique par Hadot a donné lieu à un nouveau regard sur la philosophie antique en France et à l’étranger, il est maintenant permis de penser qu’elle préfigure un mouvement philosophique plus profond – à condition toutefois d’être actualisée.

Une lecture de John Muir

 par Daniel Cérézuelle,  Encyclopédie de l'Agora

C'est à John Muir que les Américains doivent leurs parcs nationaux, mais c'est pour une autre raison que tant d'êtres humains se reconnaissent en ce marcheur solitaire: il a posé en termes clairs la question du sens de la vie dans la nouvelle société industrielle et industrieuse et il a répondu, par sa vie, en termes tout aussi clairs. Son père, l'immigrant typique, a mis toute sa famille au travail forcé pour défricher la terre qui lui avait été concédée. En dépit de l'état de fatigue permanent dans lequel le régime familial le maintenait, John levait parfois la tête pour regarder le paysage... et l'admirer, ce qui soulevait en lui la grande question: pourquoi travaillons-nous comme des damnés si nous reportons toujours à plus tard ce qui donne son sens à ce travail: la joie de se rapprocher de Dieu en le contemplant à l'oeuvre dans la nature. Muir a vite pris son parti, dont il n'a pas dévié: se tourner immédiatement et résolument vers la finalité.

Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité

 par Éric Volant, Encyclopédie sur la mort

Trois joueurs de hockey se sont suicidés au Canada au cours des derniers mois. Le dernier en date, Wade Belak, était un bagarreur.  Éric Volant a trouvé le temps de jeter les bases d'une étude approfondie de la question des comportements. «Le modèle le plus courant véhiculé par les règles de la masculinité est celui d'homme « être fort, silencieux, stoïque et indépendant »; « non-communicant, compétitif, peu généreux et inexpressif ». Les caractéristiques de l'image masculine socialement prescrite sont « l’agressivité, la compétitivité, la domination, les prouesses sexuelles et athlétiques, le contrôle et le stoïcisme ». Un homme « doit agir différemment des femmes à chaque occasion. Être supérieur aux autres : ce qui exige une attitude compétitive plutôt que coopérative. Être un arbre robuste : l’homme doit être une personne indépendante et ne se fier qu’à soi, autant que possible. Écraser ses compétiteurs : le succès d’un homme réside dans sa capacité à dominer les autres. Pour ce faire, la violence, l’hostilité et l’agression tendent à faire partie de son mode de vie. » (P. Roy. o.c., p. 39).

L'intelligence sensible

par Line McMurray, Encyclopédie de l'Agora

Aristophane est le nom que Line McMurray avait donné à un serpent qu’elle avait adopté et partiellement apprivoisé. Blessée par le dégoût qu’inspirait à ses collègues de travail cette petite bête inoffensive et intelligente, elle décida d’écrire un livre dans le but de réhabiliter, auprès du grand public, non seulement Aristophane, mais tous ses compagnons d’infornune dans le règne animal. Le livre s’intitule La beauté des petites bêtes que personne n’aime. Il est paru aux Éditions Liber de Montréal en 2006. En voici un extrait.

 Vous pourrez voir et entendre Line McMurray, au Cabaret Pataphysique, avec Marcel Bénabou, Paul Fournel et Guy Marchand, le samedi 1er octobre. Programme détaillé

Côté Jardin

par Julien Vallières, Encyclopédie de l'Agora

Septembre, saison de la cueilllette. «Avec leur  ''Jardin de fortune''  Les attentives ont fait de la cueillette un art. Cueillette des graines pour ensemencement futur, mais aussi cueillette de détritus végétaux pour ensuite les classer, les exposer : plein pot de pétales où glisser la main, motifs composés de brindilles et de feuilles, collections et fiches… Les attentives ont animé l’Îlot Saint-François de belle façon, le temps de quelques jours, laissant derrière elles un souhait : que sur le toit du bâtiment qui recouvrera cette friche urbaine s’épanouisse un jardin.» Dans le même esprit, nous avons cueilli au passage un poème de d'Anna Noailles intitulé Verger.

 


 Livres et Revues

La médicocréation

par Hélène Laberge,  Encyclopédie de l'Agora

Commentaire sur un article de la revue Égards, No 32, Été 2011

 

« On peut être irrité à tort; on n'est indigné que lorsqu'on a raison. » (Hugo)

L'assistance médicale à la procréation: une inversion du cours du temps

Dans un article dont le titre excite notre curiosité « Il est né le médecine-enfant »1, Christian Monnin nous décrit les dernières manoeuvres de la science de la procréation, non pas en s'abstrayant du sujet selon les lois d'une soi-disant objectivité mais en s'en indignant: « Un retournement est en cours, une inversion du cours du temps affecte le rhizome généalogique. Annonçant l'ère de la co-reproduction, prélude au clonage, une descendance du troisième type aide ses parents à rafistoler leur premier enfant: le bébé-médicament, un être humain conçu pour guérir un frère ou une soeur atteint d'une maladie génétique incurable. »

 Coordonnées

Abonnement ou désabonnement: http:lalettredelagora.org


Questions ou commentaitres: courrier@lalettredelagora.org

L´Encyclopédie de l'Agora, C.P. 96, Ayers Cliff, Québec (Canada), J0B 1C0 - Tél: (819) 838-1883 - Courriel: agora@agora.qc.ca