Archives

 

 

 

La lettre de l'Agora Vol 6 no 6, 6 février 2014

________________________________________

 

Penser le corps, penser le sport


Immédiatement après le Super Bowl, les Jeux de Sotchi. Pour bien comprendre ces événements majeurs, saisir le sens dans lequel ils orientent l’histoire et les visions du monde, pour les situer par rapport à d’autres activités physiques, telle la marche, moins médiatisée, mais plus pratiquée, il faudrait tenir un colloque international et interdisciplinaire sur le sujet. C’est ce que nous avons fait, virtuellement, à notre échelle, et avec comme guide, un athlète philosophe, Gabor Csepregi, ex-membre de l’équipe canadienne de Waterpolo et auteur d’un livre intitulé Le corps intelligent. Dans l’entretien qu'il nous a accordé, il répond à la plupart des questions que se posent les éducateurs et les parents réfléchis. Dans son livre, que nous présentons et dont nous citons plusieurs extraits, il expose un principe, la polarité entre la volonté et le corps vivant, qui peut servir de fondement à des jugements de valeur sur les divers sports et les diverses façons de pratiquer chacun.

Les cinq ans de la Lettre de l'Agora!

Abonnez-vous, gratuitement, abonnez vos amis,
Sa marque: Réfléchir sur la réalité et non réfléchir les réalités!
Offerte gratuitement, grâce au bénévolat des auteurs!
10 000 lecteurs actuels.
Et des milliers d'autres amis à qui elle est relayée.

 Rubriques

Politique  Anthropologie  Syrie    Jeux de Sotchi    Cinéma  Actualités   Littérature   Vie privée  Vie quotidienne

 

La question catalane, par Marc Chevrier

Cette méditation sur le sort de petites et moyennes nations est aussi intéressante pour les Européens qui veulent mieux comprendre le Québec et le Canada que pour les Québécois et les Canadiens qui veulent mieux comprendre l'Europe, et par là mieux se connaître eux-mêmes. Tout en demeurant à la portée de tous, cet savant article est le plus important jamais publié dans nos pages sur les grandes questions politiques.

Appel aux dons

Merci de votre générosité, le mois dernier vos dons
ont atteint 1,300 $ presque assez pour payer nos engagements mensuels
Cela nous incite à mieux travailler encore
Cette lettre en est la preuve

Nous vous invitons à faire coïncider vos intérêts avec les nôtres.
Devenez notre commanditaire
pour une recherche dont vous avez besoin et grâce à laquelle
nous pourrions enrichir nos sites
Nous offrons aussi des formations sur des sujets comme le sport.

 

Interlude  Le commissaire Maigret aimait la promenade et, tout naturellement, il préférait l'abduction à la déduction.

 

Une commotion pour un frisson? Oui et non. Les activités physiques et le risque

Dossier de l’Encyclopédie sur la mort  contenant des contributions d’Éric Volant, Suzanne Laberge, Roger Caillois, David le Breton et Patrick Baudry.

La sécurité est un absolu dans nos sociétés. Tout, autour de nous, doit fonctionner comme une machine parfaite. Et en même temps, les activités physiques à hauts risques, les sports violents ou extrêmes, sont de plus en plus populaires, ils font même leur entrée aux Jeux olympiques. Est-ce là une saine réaction contre l’excès de sécurité? C’est ce que pensent certains auteurs cités dans notre dossier sur le risque.

La vie est imprévisible, notre sécurité est une assurance, pour notre longévité en tant qu'individu, mais contre la vie. En adoptant des comportements suicidaires, les jeunes resteraient dans cette logique de dévaluation de la vie. Ils auraient ce que Natalia Fernandez Diaz, dans un article distinct, appelle la vocation suicidaire. (L’article est en anglais, mais Éric Volant en a donné un excellent résumé).

L'homme assis: une grande révolution méconnue, par Jacques Dufresne

Se dresser, se tenir debout et marcher en regardant le ciel. Ce fut l’un des grands moments de l’histoire de nos ancêtres, les hominidés. Pouvons-nous impunément mettre un terme à leur élan en restant assis? En compagnie de Rebecca Solnit, auteure de Wanderlust, un livre sur l’histoire de la marche et de quelques autres bons auteurs, tels Aristote, Ovide, Montaigne, Wordsworth, Vigny et du paléontologue Carsten Niemitz, Jacques Dufresne ébauche une réponse à cette question.

Interlude : Claude Bernier, pèlerin et écrivain, pionnier au Québe du chemin étoilé

 

Faire du sport sans le savoir, par Stéphane Stapinsky

Monsieur Jourdain parlait en prose sans le savoir. On peut être assuré qu'il faisait aussi du sport sans le savoir, comme tous ses ancêtres. Le sport n’est un commandement de l’État que depuis peu, mais tout indique que les exercices qu'on nous prescrit pour notre santé nous appaissent comme des travaux forcés. Sur les tapis roulants la persévérance est brève. Alors?

Plus de sport, moins de sportifs, par Jacques Dufresne

La participation au sport a diminué de 17% au Canada au cours des 20 dernières années, en dépit de l’ominiprésence du sport dans les médias et de la propagande étatique sur la santé par le sport. Bien qu'elle soit absente des médias, l’activité physique conviviale, tels la marche et le vélo, est à la hausse. Mes amis, qui voyagent de plus en plus, marchent six ou sept heures par jour dans les villes qu'ils visitent. 3000 athlètes participent aux Jeux de Sotchi, 200 000 autres, plus endurants que performants, ont fait à leurs frais le chemin de Compostelle l’an dernier. Il y a des leçons à tirer de tout cela.

 

Interlude : La terre, le ciel, la faune, la flore et les hommes sur le chemin de Compostelle

Un pèlerinage sur le toit du monde : le mont Kailash, par Stéphane Stapinsky

Près de Sotchi on dévale les pentes du Caucase, on les survole même, mais pendant ce temps on se prosterne encore devant ce mont Kailash qu'il est interdit d’escalader et encore plus de descendre à ski. Les hommes trouvent une confirmation de leur puissance sur les sommets du Caucase, ils cherchent le sens de leur vie au pied du Kailash. Une synthèse des deux philosophies est-elle possible ou faut-il se résigner à ce que la marchandisation du mont Kailash détruise jusqu’au souvenir de la première?

Retour à l’expéditeur, ou la disparition programmée de la poste au Canada, par Stéphane Stapinsky

Vous ne verrez plus le facteur. Ce n’est pas seulement un autre rapport humain qui vous est enlevé, c’est un autre métier qui disparaît et votre humanité s’en trouve encore appauvrie. Le métier qui disparaît emporte avec lui une partie de la dignité d’une personne. Il emporte aussi une activité physique qui allait de soi.

Interlude : Un ami des lettres, par Louis Fréchette

Remettre les lettres de main à main. C’est ce que faisait Olivier Chouinard entre Québec et Rimouski.

Les risques du jeu pour mieux comprendre ceux des sports, par Jean-Philippe Costes

 Comme l’a montré l’historien Néerlandais Johan Huizinga, dans son Essai sur la fonction sociale du jeu, il s’agit d’une donnée structurelle : non contents d’être des Homo sapiens et des Homo faber, c’est-à-dire, des êtres qui savent et qui fabriquent, nous sommes tous des Homo ludens, ou des créatures qui se définissent par leur propension à jouer. La principale singularité de Joseph L. Mankiewicz, l’une des figures les plus marquantes du Cinéma Américain, est d’avoir bâti son œuvre à partir de cette théorie anthropologique. Tous ses héros ont ainsi pour trait commun d’appartenir à la chapelle sulfureuse des joueurs impénitents. 

Le chiisme: les imams contre khalifat, par Arthur de Gobineau

En ce début de l’année 2014, la tragédie qui frappe toute la partie nord du Moyen-Orient, de l’Iran à l’est jusqu’à la Syrie et au Liban à l’ouest, semble s’aggraver plutôt que de se résorber. Devant cette implosion, les grandes puissances semblent avoir perdu toute grandeur et toute puissance. Quant aux individus, vous et moi, tout au plus peuvent-ils s’efforcer de comprendre un peu mieux la situation. Les médias nous répètent qu'il s’agit d’une reviviscence du conflit entre chiites et sunnites, lequel a éclaté dès les premières années de l’islam. Voici l'opinion du comte Arthur de Gobineau sur les origines de ce schisme qui ressemble à un abcès condamné à ne jamais aboutir.

Interlude  Sport humain, sport chrétien ! Le pape François voit une continuité entre le sport grec et le sport chrétien.

L'humain à flux tendu, Pierre-Jean Dessertine