Archives

 

 

 La Lettre de L'Agora, Vol 6 no10, 17 juin 2014

De saveurs en valeurs... Retour des mortels, par Jacques Dufresne

Nous vous proposons d’abord un voyage en Estrémadure avec comme guide l’un des plus grands chefs cuisiniers des États-Unis, Dan Barber, à la recherche du Graal culinaire : un foie gras trois étoiles obtenu sans gavage. Il faut pour cela une nature dans laquelle les hommes composent avec les animaux et le sol plutôt que de les soumettre à leur total contrôle.

Le retour des mortels est un commentaire sur le témoignage saisissant d’une journaliste québécoise, Josée Blanchette, qui vient de préciser les raisons pour lesquelles elle a interrompu une chimiothérapie, après «un mois de supplice».

 Colloque et assemblée générale du 4 juin

 Pas de vacances pour les dons


Nos auteurs

Mathieu Bock-Côté, Jean-Philippe Costes, Thomas de Koninck 1- 2, Pierre-Jean Dessertine, 12 Jacques Dufresne, 1 - 2, Hélène Laberge, Suzanne Philips-Nootens, Margaret Somerville, Stéphane Stapinsky

 

En marge de l'adoption de la loi 52, au Québec, un nouveau dossier sur l'euthanasie

Un débat qu'il faudra relancer sans cesse si l’on veut éviter que le Québec ne connaisse en cette matière la même dérive que la Belgique.

La loi québécoise sur l’aide médicale à mourir, par Mathieu Bock-Côté

Vue d’ensemble de la loi destinée aux lecteurs de la francophonie qui ne sont pas au fait de l’évolution des mœurs et des mentalités au Québec. Cet article a d’abord paru sur le site du Figaro.

La dignité point de repère, par Thomas de Koninck

Peut-on justifier l'euthanasie par la dignité sans fausser radicalement cette idée repère? «On peut ainsi entrevoir à quel point les soins demeurent le pivot central pour assurer de manière concrète, en dernière instance, la reconnaissance effective de la dignité de la personne, c’est-à-dire de sa dignité absolue de fin -- ce qui donne son sens ultime à toute la profession de la santé.

«Oui» à l’euthanasie implique un bouleversement sismique de valeurs, par Margaret Somerville

La fixation presque unique des médias sur des cas déchirants d’individus souffrants qui demandent l’euthanasie nous aurait-elle aveuglés devant les conséquences plus larges de sa légalisation?

La Belgique et la dérive euthanasique, par Suzanne Philips-Nootens

La loi belge ayant servi de modèle au législateur québécois, la façon dont elle a été appliquée en Belgique est du plus grand intérêt aussi bien pour les Québécois eux-mêmes que pour les observateurs étrangers.

L’euthanasie et la PMA en contexte, par Jacques Dufresne

Quand on prend position sur des questions complexes comme l’euthanasie ou la procréation médicale assistée, on se rattache implicitement à une vision du monde déterminée dont il faut assumer les conséquences. La faute la plus grave contre l’éthique est peut-être celle qui consiste à séparer un acte de son contexte


Forest Lawn en 1954, ou La mort à l’aube de l’ère hyperfestive, par Stéphane Stapinsky

 Nous vous proposons de faire une fascinante visite du cimetière bien connu de Forest Lawn (Californie), en compagnie d’un guide à l’humour féroce, Guillaume de Bertier de Sauvigny, professeur à l’Institut catholique de Paris, qui s’y est rendu en 1954. Vous ne serez pas dépaysés car ce qui constitue la texture de nos sociétés en ce début de 21e siècle s’y retrouve déjà : euphémisation de la mort, commercialisation outrancière, prédominance du spectacle, multiplication des simulacres, festivisation et « touristisation ». Il s’agit en somme, avant la lettre, d’un « Disneyland » de la mort.

Cimetières de demain? par Guillaume de Bertier de Sauvigny

 

 
Invitations et appel aux dons

 

 Appel aux dons

 Pas de vacances pour les dons. Ils sont d'autant plus importants à nos yeux qu'ils sont faits à la fin d'une année.

Congrès international de nos amis d'Espace Art Nature, à Montréal, du 21 au 24 août

Et si la beauté pouvait sauver le monde ?
... Une alternative au mythe du progrès.

Nous vous invitons à parcourir notre sentier des fleurs sauvages.

 

  

Le complexe d’Alexandre et l’avenir de la planète, par Pierre-Jean Dessertine

Ce que montre la rencontre d'Alexandre le Grand avec le philosophe cynique Diogène de Sinope, c'est que tout pouvoir, si grand soit-il, est extrêmement fragile. Il est bon de trouver, dans cet épisode vieux de 24 siècles, des enseignements précieux pour répondre à cet emphatique  pouvoir marchand qui accapare notre horizon.
Alexandre le Grand vint rendre visite au philosophe cynique Diogène à Corinthe et lui dit : « Demande-moi ce que tu désires le plus ! », Diogène répondit : « Écarte-toi de mon soleil ! »

 De l’amoralité du robot, par Pierre-Jean Dessertine

Quand l'institution militaire investit des millions de dollars pour la recherche visant à donner un sens moral aux robots, cela signifie qu'elle prévoit de lâcher des robots qui prendront de façon autonome la décision de tuer ... pour le Bien, évidemment ! Mais un robot moral est-il concevable ? 

 

 Jusqu’où peut-on repousser les limites du corps humain?, par Thomas de Koninck

«À l’image, de l’ancêtre singe […], expression d’un repli nostalgique vers les profondeurs, s’oppose non pas l’image spirituelle de l’ange ou du corps glorieux, mais celle de l’homme parfaitement fabriqué, double mécanique de l’Anthropoïde, dans la constellation qui fait graviter, autour de l’homme de chair, Tarzan, l’astronaute et le robot.»

 

PMA: Silence des élus, éloquence des affiches, par Jacques Dufresne

«Causez toujours, petits lapins journalistes, philosophes, éthiciens : le temps, combiné avec le silence des autorités publiques, joue en notre faveur.» Nous créerons l’habitude de telle et telle pratique, encore soumise au débat, en principe, et quand le législateur se prononcera, il sera trop tard, si jamais il veut imposer des limites que nous ne jugeons pas souhaitables. Humilier la pensée pour mieux monnayer les corps!

Cinéma

Blade Runner de Ridney Scott, par Jean-Philippe Costes

Nous avons demandé à l’auteur de notre dictionnaire du cinéma anglosaxon de nous indiquer un de ses contextes qui compléterait bien notre réflexion sur l’euthanasie. Il a choisi sa critique de Blade Runner, un classique du cinéma américain. Ce texte, précise-t-il, ne traite pas directement de l'euthanasie. En revanche, il propose une analyse des rapports qui unissent Loi et Humanité. Qu'est-ce que la Loi, quelle est sa vocation profonde, qui doit-elle servir, a-t-elle le droit de dénaturer l'Homme, toutes ces questions sont manifestement au coeur de la controverse législative qui secoue votre pays. 

Livre

Le corps-marché, par Céline Lafontaine

Compte-rendu de Hélène Laberge


«Cryo-Cell, flairant le potentiel économique d'une biobanque de sang menstruel va plus loin en offrant aux femmes de capitaliser sur leur avenir biologique. (…) même si la validité scientifique d'une telle entreprise est plutôt douteuse, elle actualise le slogan de l'entreprise l'Oral : ''Parce que je le vaux bien...'' en exploitant le narcissisme et la volonté des femmes d'investir dans leur capital santé.»

 

____________________________________________________________________________________________

 

Coordonnées

 

Abonnement ou désabonnement: editeurs@agora.homovivens.org

 Questions ou commentaires: editeurs@agora.homovivens.org

 

 L´Encyclopédie de l'Agora

190 chemin Corey

 Ayer's Cliff (Québec)

 J0B 1C0 Canada