Archives

 

 

 La Lettre de L'Agora, Vol 7 no 6, 12 mars 2015


Surveiller, punir, envahir

Surveiller. C’est le thème principal de cette lettre. Il nous a été dicté par les atteintes de plus en plus nombreuses à la vie privée, partout dans le monde et en particulier au Canada, en France et aux États-Unis. Punir. Bien des gouvernements sans doute, à l’instar de celui du Canada, voudront profiter du climat de peur pour durcir les lois criminelles. Envahir. C’est la guerre, qui couve en Ukraine et en Irak. C’est aussi la stratégie commerciale violente des géants de la Silicon Valley, tel Uber qui installe ses services dans des villes où ils sont interdits par la loi. C'est enfin le tout pour et par le pétrole.

Autres thèmes: Les villes, les Sunday Assemblies, la poste, le transhumanisme, les livres, les écrivains, le cinéma, une annonce.


Abonnement

Vous avez reçu cette lettre d'un ami ?  Cliquez ici pour vous y abonner

Nouvelles

Le thermomètre de votre générosité a fait un bond de 55% depuis un mois. Nous espérons que la présente lettre est à la hauteur de votre générosité. À ce rythme, nous atteindrons notre objectif avant la fin de juin. Nous vous invitons à prendre connaissance  du dernier numéro  La Revue de presse de l’Agora- (RPA) Recevront la Revue de presse ceux et celles qui ont fait ou qui feront un don de 25$ (20 euros) et plus. À charge pour eux de confirmer par courriel leur désir de recevoir la Revue de presse. Des mécanismes automatiques d’abonnements payants seront mis en place si la demande les justifie. Des abonnements spéciaux pour diffusion à des groupes seront offerts sur demande aux institutions et aux entreprises. 

Accès libre immédiatement aux huit premiers numéros.

Appel aux dons

 

Québécoises d'hier et d'aujour'hui, par Hélène Pelletier-Baillargeon

Les Québécoises de 1980, en effet, étaient loin d'être des mutantes surgies d'un limon informe. Quant à leur prise de parole si spectaculaire depuis vingt ans, elle se situe bien dans la même foulée d'affirmation collective qui caractérise la renaissance globale de leur société. La «grande noirceur» n'était pas faite, là non plus, de néant absolu. Elle n'était qu'une longue hibernation, faite de germinations souterraines, de radicelles invisibles parcourant notre sous-sol culturel pour relier les jeunes pousses impatientes au vieux tronc somnolent de notre histoire.

Ramenez-nous Reagan et Gorbatchev ! , par Stéphane Stapinsky

En ce moment, sur les rives de la mer Noire, en Ukraine, se joue une partie d’échecs entre grandes puissances dont l’issue apparaît très inquiétante. Si elle tourne mal, elle pourrait bien nous conduire tout droit à un holocauste nucléaire. Pourtant, nous en avons peu conscience et aucune inquiétude particulière n'est palpable au sein des populations du monde occidental. Pourquoi cette apathie alors que nous réagissons très souvent à des événements bien moins graves? C'est ce que cherche à comprendre l'auteur de cet article.

Petit bêtisier des élites mondialisées - premier volet, parStéphane Stapinsky


Nous vivons à une époque qui a reculé à l’infini les limites de la décence. C’est surtout le cas, hélas, au sein des couches dirigeantes de nos sociétés, de ces fameuses « élites mondialisées ». Afin de ne pas perdre la mémoire, et pour illustrer jusqu’à quel niveau d’irresponsabilité ceux qui nous gouvernent – politiquement,économiquement, intellectuellement – peuvent parfois descendre, il nous a paru intéressant de compiler certains de leurs propos plus ou moins récents qui nous auront fait dresser les cheveux sur la tête.

La question de l’Ukraine vue par Soljénitsyne en 1990

Immédiatement après la chute du mur de Berlin en 1989 Soljénitsyne publia un livre intitulé : Comment réaménager notre Russie, réflexions dans la mesure de mes forces. Nous reproduisons ici deux passages de ce livre paru en français chez Fayard en 1990.Dans le premier passage intitulé Adresse aux Grands-Russiens, Soljenitsyne prend énergiquement position contre ce retour à l’empire qui semble bien être la politique de Vladimir Poutine en ce moment. Dans le second passage, intitulé Adresse aux Ukrainiens et aux Biélorusses, il soutient que les liens de la Russie avec ces deux régions sont si profondément enracinés dans l’histoire, qu’il serait regrettable qu’ils se brisent.

La mairie divine ou l'étrange dissociation du monde municipal québécois, par Marc Chevrier

Le récent voyage en Europe du maire de Montréal, Denis Coderre, voyage en majesté, marqué par une rencontre avec le président Hollande et le pape François, incite Marc Chevrier à réfléchir sur l'indépendance, parfois insolente, de nos villes par rapport au gouvernement national de Québec. En France et en Italie par exemple, les partis nationaux ont une branche municipale, ce qui resserre le lien entre les villes et le pouvoir central. Ne serait-ce pas ici l'une des causes de l'échec du projet national?

La poste, un facteur d'égalité, par Jacques Dufresne

En marge du projet de Postes Canada de mettre fin à la distribution porte à porte dans les villes canadiennes et du moratoire que ces mêmes villes réclament, un retour vers ce constat de Tocqueville: «La découverte des armes à feu égalise le vilain et le noble sur le champ de bataille; l'imprimerie offre d'égales ressources à leur intelligence; la poste vient déposer la lumière sur le seuil de la cabane du pauvre comme à la porte des palais.»

Sunday Assembly: banalité et anachronisme,  par Yves St-Arnaud

Les difficultés n’ont jamais été un obstacle à l’innovation. C’est le propre des besoins fondamentaux, chez l’être humain, de provoquer l’invention de modes de satisfaction adaptés à l’évolution socioculturelle. Dans cette perspective, on peut accueillir avec sympathie la Sunday Assembly, quel que soit son avenir. Et tolérons pour un temps qu’on la désigne comme un  «rassemblement sans Dieu ».

Une cérémonie à saveur laïque tenue dans une église, par Chantal Dauray

Elle venait de perdre sa maman. C'est une de ses amies qui m'a téléphoné. Voilà qu'elle me demandait d'animer les funérailles de sa mère .. dans une église! Prise de court devant son désarroi, j'ai accepté. Par sympathie. J'avais moins qu'une semaine pour organiser la cérémonie. Mon horaire a été bousculé, mais surtout mon cœur et mes repères.

 Transhumanisme

Pour qu’un courant d’idées comme le transhumanisme puisse se diffuser au  sein d’une société, il faut qu’au préalable un travail de déblayage ait été fait, que les esprits aient en quelque sorte été préparés. Le cadre théorique postmoderne aura contribué, depuis plusieurs décennies, à ce déblayage et à cette préparation. C'est ce qu'illustre avec clarté et précision cet extrait d’un document intitulé « Trois jours chez les transhumanistes » produit par le collectif Pièces et main d’œuvre.

Silicon Valley über alles, par Jacques Dufresne

Der Spiegel élève le ton dans sa polémique contre les géants de la Silicon Valley.« En fait, conclut le magazine, la tech elite a créé une vision du monde et une philosophie politique qui correspondent à ses buts. Elle s’efforce de créer la prospérité et la satisfaction avec la plus grande autonomie (des individus) et le moins de gouvernement possible. Il s’ensuit qu’il faut considérer toute autorité avec scepticisme. Il y a en effet peu de place dans ce monde pour la réglementation et les lignes directrices.»

Surveillance universelle

L'humanité

La baisse du coût du pétrole a créé une petite euphorie qui incite les gens à penser que le discours sur les limites de cette ressource était alarmiste et qu'il est aujourd'hui périmé. Illusion. Il faut investir de plus en plus pour produire un baril de nouveau pétrole. Cela ralentit le reste de l'économie. Mais on ne réglerait rien en réduisant la production et la consommation de pétrole. Cela ralentirait aussi l'économie. Le besoin de pétrole, comme le besoin d'une drogue forte, crée une situation sans issue. D'où, pour maintenir la croissance, la nécessité de ces traités internationaux qui renforcent le libre-échange, souvent au détriment des souverainetés.
 Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes? Le 27 février dernier, une centaine d’experts, tous professeurs dans des facultés de droit du Canada, ont publié une lettre ouverte de protestation contre le projet de loi C-51, arguant qu’il ouvre la porte à des atteintes à la vie privée et à la liberté d’expression.  «Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour plus de sécurité ne mérite ni l'un ni l'autre et finit par perdre les deux.» Benjamin Franklin.
 
 Le magazine The Atlantic a montré comment cette alliance (UK, USA, CAN, AUS, NZ) pouvait contribuer à accroître les pouvoirs des agences de sécurité des pays membres. « Supposons que vous êtes la NSA. Certains types d’espionnage auprès des Américains vous sont interdits. Les lois sont toutefois différentes dans les autres pays membres de l’Alliance. Dans certains cas, les agences d’espionnage américaines ont les coudées plus franches chez les britanniques; dans d’autres cas, les agences britanniques ont la partie plus facile aux États-Unis. En un mot, les agences nationales de sécurité ont intérêt à être complices des agences étrangères espionnant leurs propres citoyens.» On apprenait récemment que la Nouvelle-Zélande espionne les pays de cette région du Pacifique.
 

Théorie du complot et idéologie,  Stéphane Stapinsky

  Avec l’avènement d’internet, et surtout depuis le 11 septembre 2001, la vision conspirationniste du monde est devenue omniprésente, surtout  sur le web. Si, et on le constate tous les jours, le recours aux théories du complot conduit souvent à des excès délirants, force est de reconnaître que les complots ne sont pas qu'imaginaires, qu'ils existent bel et bien et font partie de la trame de l'histoire humaine. Comment faire la part des choses? Comment évoquer ces complots bien réels sans succomber soi-même, de manière presque insensible, à la théorie du complot?

Les champs et les bois

L'Internet des champs et des bois, par Jacques Dufresne

Interdiction de la chasse assistée par drone. Ce n’est pas là un fait divers insignifiant. Dans cette transformation accélérée des rapports de l’homme avec la nature, il faudra bien qu’un jour on impose des limites à la prolifération des machines qui se poursuit maintenant dans l’ensemble de la biosphère. Les chasseurs ouvrent la voie en protégeant un art ancestral contre des engins qui accroîtraient leur efficacité en détruisant leur plaisir... et je ne sais quel sentiment d’appartenance à la nature qui remonte aux origines de l'humanité.

 Géographie, histoire, littérature

Nos dossiers sur les villes et villages sont conçus de façon à fournir à nos lecteurs une occasion de les découvrir à travers les témoignages d'écrivains et d'artistes.

Squatec, par Mario Pelletier

Entre l'environnement de mon enfance et celui d'aujourd'hui, il y a sans doute plus de distance à tous égards qu'entre les mille ans qui séparent Charlemagne de Napoléon. Je pourrais dire, comme Baudelaire : «J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans.» Voilà pour les jeunes qui ignorent tout du Québec de la décennie 1950 et de la révolution tranquille une occasion unique de les découvrir en compagnie d'un excellent écrivain.
 

Asbestos, par Pauline Michel

Asbestos, dans la conscience des Québécois, est à jamais associée à la grève de l'amiante et à la dure répression dont elle a été l'objet. On n'en a pas pris la juste de mesure tant qu'on ne les pas revus avec les yeux d'une enfant de cinq ans, dans le style de Pauline Michel.«Son fiancé, touché en plein cœur, traversé par une perforatrice au fond d’une mine. [...] Le fiancé de ma sœur avait une beauté noire, une âme de miroir où chacun pouvait voir ses propres secrets, ses plus beaux rêves. Il m’accordait le droit d’exister… Plus encore. Pour lui, j’étais une nécessité, une fillette adorable dans l’expression de son besoin d’amour. Il m’en comblait. Je l’adorais.»

Livre

Dans son blogue du Journal de Montréal, Mathieu Bock-Côté publiait le 1er mars 2015 une recension du dernier livre de Chantal Delsol paru aux Éditions du Rocher. C'est cette recension que nous publions ici avec l'aimable autorisation de l'auteur.

Cinéma

Le docteur Folamour de Stanley Kubrick, par Jean-Philippe Costes


Le Bloc de l’Est et le Bloc de l’Ouest, les deux acteurs principaux de Docteur Folamour, semblent avoir trouvé l’antidote de ce poison mortel, directement secrété par la condition humaine. Assagis par ce que les stratèges Américains ont ironiquement nommé la M.A.D, la Mutually Assured Destruction25, ils ont en effet décidé, d’un commun accord, de se confronter sans jamais s’affronter.

Annonce

Débat public le mercredi 25 mars à 19 heures: Dilemme de la constitution

À l’occasion du lancement par les Presses de l’Université Laval du Dilemme de la constitution,
ouvrage qui rassemble des textes inédits du philosophe québécois Charles De Koninck et les
jugements qu’il portait sur « la valeur humaine du fédéralisme canadien », en 1954, devant les
membres de la Commission Tremblay.

Le lancement donnera lieu à une table ronde animée par Antoine Robitaille éditorialiste
du journal Le Devoir sur le thème :Le fédéralisme, les pour et les contre, avec la participation de
Jacques Vallée, ancien élève du philosophe et des anciens ministres responsables pour le Québec
des Affaires intergouvernementales canadiennes, Louise Beaudoin et Benoît Pelletier.
Après la table ronde, échanges avec l’auditoire et conclusion du professeur de l’Université Laval, Thomas De Koninck.

Lieu : Chapelle du Musée de l’Amérique francophone
Adresse : 2, Côte de la Fabrique, Québec
Réservez au 418-643-2158
Entrée libre

 

 

 

 

 

 

 


_______________________________________________________________________________________

 

Coordonnées

 

Abonnement ou désabonnement: http://lalettredelagora.org/

Questions ou commentaires: editeurs@agora.homovivens.org

L´Encyclopédie de l'Agora

190 chemin Corey

Ayer's Cliff (Québec)

 J0B 1C0 Canada