Archives

 

 

 La Lettre de L'Agora, Vol 7 no 7, 21 avril 2015

Indifférence, Terre, Attention

L’indifférence est le thème principal de cette lettre, mais il y avait le Jour de la Terre à l’horizon. Nous allions découvrir que les deux thèmes sont étroitement liés : il est question de l’indifférence aussi bien dans l’article d’Andrée Mathieu sur le réchauffement climatique que dans celui de Pierre-Jean Dessertine sur l’homme sans animaux ou dans l’extrait de Konrad Lorenz sur le surpeuplement. Il allait de soi que l’attention devienne notre troisième thème. Elle est en outre la première qualité de l'écrivain que nous présentons dans cette lettre Charles Le Blanc.

Célébrations du printemps. Assistez au retour des oiseaux porté par l'hymne au printemps...pour entendre ensuite le jeune baryton québécois Philippe Sly dans un Lied de Schubert, Wohin: «Le petit ruisseau murmure; il faut descendre avec lui. Vers où ?»

 Table des matières

Jour de la Terre, Indifférence, Violence, Constitution, Attention, Santé, J.D. dans Le Devoir, Livres

 

Abonnement

Vous avez reçu cette lettre d'un ami ?  Cliquez ici pour vous y abonner

Appel aux dons 2014-205

Nous en sommes à 19% de notre objectif. Il nous reste deux mois pour l'atteindre...et deux lettres à part celle-ci. Nous nous dépassons avec l'espoir que vous voudrez bien nous aider à le dépasser. À la fin de juin, environ 87 000 personnes auront reçu la Lettre de l'Agora cette année, 65 000 personnes l'auront lu au moins une fois. L'objecfif de notre campagne équivaut 0,27 $ ou 0,21 euro par lecture. Bien des publications vendent un article, souvent inférieur aux nôtres 5,00 $ pièce ou 3,81euros.

 




La Revue de presse de l'Agora

Nous vous invitons à prendre connaissance de tous les numéros La Revue de presse de l’Agora- (RPA). Peuvent la recevoir en priorité ceux et celles qui ont fait ou qui feront un don de 25$ (20 euros) et plus. À charge pour eux de confirmer par courriel leur désir de recevoir la Revue de presse.
Accès libre immédiatement aux huit premiers numéros.

Jour de la Terre

Changements climatiques: indifférence, ignorance ou déni par Andrée Mathieu

Si on en juge par les coupures dans la communication scientifique et la recherche fondamentale, nos Premiers ministres ne s'intéressent à la science que lorsqu'elle participe à la croissance économique. Il faut dire que lorsqu'elle cherche à expliquer le comportement des systèmes complexes que sont le climat, l'économie ou les écosystèmes, la science dérange...

Les hommes sans animaux, par Pierre-Jean Dessertine

«L’Indice Planète Vivante, qui mesure l’évolution de milliers de populations d’espèces de vertébrés, accuse un déclin de 52 % entre 1970 et 2010. En d’autres termes, les populations d’espèces de vertébrés peuplant le globe ont, en moyenne, un effectif réduit de moitié comparé à celui d’il y a 40 ans. »

Surpeuplement par Konrad Lorenz

Voici un texte de Konrad Lorenz qui convient aux deux thèmes de cette lettre : le Jour de la Terre et l’indifférence.

L'hymne à Gaia, par Luc Bureau

«Est érotique l'attitude de l’homme lorsqu’il se laisse imprégner par l'indissoluble unité du monde, se sent effleuré, palpé, aspiré par les matières et les formes qui le composent. À l'inverse, est pornographique le comportement de l’homme qui exploite, violente et souille la nature, qui tente de la dominer du haut de ses savoirs, de ses outils et de son orgueil. Est érotique le passage d'un canot léger sur les eaux d'un lac; est pornographique le monde des courses automobiles.»

Indifférence

L'indifférence, constant souci du pape François , par Stéphane Stapinsky

Depuis son accession au trône de saint Pierre, le pape François a développé dans ses interventions des thématiques originales sur lesquelles, en fin pédagogue, il revient sans cesse. Parmi celles-ci, l’indifférence, « ce mortel enfermement sur soi-même », qui constitue pour lui l’un des défis les plus urgents que les chrétiens et les non-chrétiens ont à relever aujourd’hui. Ce fut d'ailleurs le thème principal du message du pape lors du Carême 2015.

Aspects de l’indifférence, par Jacques Dufresne

Recueil d’aphorismes. «L’indifférence c’est l’inaptitude à participer au festin de la vie, lacune toujours déniée tant il est difficile de se l’avouer.» [...] Tchékov: «On dit que les philosophes et les vrais sages sont indifférents; c’est faux. L’indifférence est la paralysie de l’âme, une mort anticipée.

Vivons-nous à l’ère de l’indifférence ?, par Stéphane Stapinsky

Pour le coroner chargé d’enquêter sur la mort d’un passager du métro de Montréal que les témoins de la scène avaient laissé agoniser seul pendant un quart d’heure sans intervenir, «L'indifférence des passagers [...] en dit long sur l'apathie citoyenne dans notre société.» Vivons-nous désormais à l’ère de l’indifférence? Dans la presse et sur les sites d’information, le thème paraît en effet omniprésent. S’il faut assurément chercher une explication de cette indifférence à l’égard d’autrui dans les défaillances du cœur humain propres à certaines personnes, rien n’empêche cependant d’examiner les conditions plus générales de l’époque qui tendent à amplifier, et à multiplier, ces défaillances.

Indifférence : la mise en contexte d’un terme, par Stéphane Stapinsky

Le mot « indifférence » est chargé de sens multiples, parfois contradictoires, en apparence du moins. Il fait partie d’une constellation de concepts, au sein de laquelle nous chercherons, dans ce bref essai, à le distinguer. Certains philosophes, il faut le préciser, ont une vision positive de l’indifférence. Le défi ultime sera alors pour nous de distinguer entre une « bonne » et une « mauvaise » indifférence.

Indifférence, force et faiblesse, par Jean-Jacques Wunenberger

Sous ce terme, devenu péjoratif, sont souvent confondues deux attitudes à bien des égards différentes : la première, à caractère intellectuel, consiste surtout en une neutralité de jugement («ne-uter», ni l'un ni l'autre) par laquelle on reste « sans opinion […] la seconde, à caractère affectif, fait qu'on se montre insensible, sans cœur…»

Tous les hommes sont mortels, extrait de Simone de Beauvoir 

Fosca a bu l’élixir d’immortalité. La désillusion ne tarde pas à venir : « Mais l'indifférence l'accable; dérisoire, puisque toujours relatif: le sens de tout acte se dilue sous son regard immortel, l'ambition, l'espoir ne signifient plus rien, ses amours successives se confondent, ses amitiés meurent faute de la complicité vivante et unique qui leur donnerait un contenu. En perdant ses limites temporelles, son existence a perdu son humanité : l'immortalité qui paraissait un tel privilège se révèle une malédiction. Elle a rejeté à jamais Fosca hors de la condition humaine.»

Attention

La prostitution du cerveau, par Jacques Dufresne

«Un grand retournement caractérise notre époque d’information abondante: quand la valeur de celle-ci décroît par excès de mise à disposition, la valeur de notre attention augmente, et devient un enjeu précieux que le marché se dispute. »

Nombre d'amis: 5, 15, 50, 150?, par Jacques Dufresne

Le savant: «Si vous élargissez votre cercle d’amis, la part de votre capital que vous allouez à chacun diminue.»
Le sage: : «les réactions affectives d'un individu s'appauvrissent dans la mesure où se multiplient [...], autour de cet individu, les excitations artificielles.»

La violence dans le monde

En marge de la généalogie de la violence de Gilles Bibeau, par Jacques Dufresne

Tout journaliste, tout professeur appelé à commenter les grands événements actuels dans le monde devrait s’inspirer d’un tel livre ou d’un autre de même niveau… s’il s’en trouve en ce moment.

Constitution canadienne

Dilemme de la constitution, par Charles De Koninck, Jacques Vallée

Parution, aux PUL, de Dilemme de la constitution, ouvrage rassemblant des textes inédits du philosophe Charles De Koninck (1906-1965) ainsi que les jugements qu’il portait sur « la valeur humaine du fédéralisme canadien », en 1954, devant les membres de la Commission Tremblay. Lors du lancement, le 25 mars dernier, une table ronde a été organisée, à Québec, dont on pourra faire l’écoute intégrale (vidéo). On lira également avec intérêt un extrait de la préface de l’ouvrage, par Jacques Vallée : « La tentation du Grand État ».

Articles de Jacques Dufresne parus dans Le Devoir au cours du dernier mois

Lettre ouverte au ministre François Blais, 24 mars

Recrutement des professeurs: pour une agrégation québécoise

Quand on consulte le dossier agrégation dans Wikipedia, on apprend qu’Alain, Simone de Beauvoir, Simone Weil, Raymond Aron, Jean-Paul Sartre, Alain Finkielkraut étaient des agrégés de même que Pierre-Gilles de Genne, prix Nobel de physique, Cédric Villani, médaille Fiels. Tout jeune ayant de l’idéal ne peut que désirer entrer dans une telle confrérie.

Nous mourrons tous dans la soixantaine, réplique de Jacques Dufresne à Rémi Quirion, Le Devoir, 16 avril 2015

Monsieur Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec (sic) accordait au Devoir, le 11 avril dernier, une interview, où il ramenait à l’ordre ceux qui osent critiquer la médecine. Il affirma notamment : «enlevez les antihypertenseurs et les anticholestérols et on va tous recommencer à mourir dans la soixantaine ! » Aperçu de la réplique : «Le ton de la boutade ici n’excuse rien. C’est là, et je pèse mes mots, un recours à la rhétorique de la peur aussi grossier que faux.»

Santé

L'édition d'avril 2015 des annexes de l'Alter dictionnaire médico-pharmaceutique vient de paraître

Nous attirons votre attention sur l'annexe Vaccination. On y trouve un grand nombre d'entrées comme celle-ci:

vaccin antigrippal et mortalité totale en gériatrie
* il faut vacciner 4000 personnes âgées pour éviter 1 décès dans l’année qui suit le vaccin; ce qui revient, si on répartit virtuellement ce bénéfice (365 j de vie de plus) parmi les 4000 vaccinés, à une prolongation moyenne de vie de seulement 2 heures (365 jour / 4000 = 0.09 jour = 2 heures). Il est difficile de ne pas considérer ce bienfait, certainement le plus important de tous les critères d’évaluation, comme étant futile.

Livres

Remèdes mortels et crime organisé, de Peter Gøtzsche,  par Jacques Dufresne

 

Jamais nous n’aurons attendu aussi impatiemment la traduction d’un livre en français. Rien de tel depuis Némésis médicale, le brûlot d’Ivan Illich paru en 1975.[...] La médecine doit sa force à ceux qui l’on plus et le mieux critiquée : Semmelweis, Florence Nightingale, William Osler, René Dubos, Lewis Thomas, Archibald Cochrane, Ivan Illich, et maintenant Peter Gøtzsche.

 

Catin Basile de Charles Le Blanc, par Hélène Laberge

Voici un livre qui a des qualités exceptionnelles : richesse de la langue, incarnation des personnages dans des lieux décrits avec réalisme et poésie. Mais on pourrait aussi en dégageant les pensées tissées dans la toile des nouvelles en faire un recueil digne des La Rochefoucauld, Chamfort, Rivarol et Lichtenberg, que l’auteur a traduit de l’allemand.

 

 

 

 

 


_______________________________________________________________________________________

 

Coordonnées

 

Abonnement ou désabonnement: http://lalettredelagora.org/

Questions ou commentaires: editeurs@agora.homovivens.org

L´Encyclopédie de l'Agora

190 chemin Corey

Ayer's Cliff (Québec)

 J0B 1C0 Canada