Archives

 

 La Lettre de L'Agora, Vol.8 no 8, 7 avril 2016

Campagne 2015-2016

Suite à notre dernière lettre, vous avez fait preuve, chers amis, chers lecteurs, d'une générosité telle que nous espérons pouvoir atteindre notre objecfif avant la fin de l'année. Notre thermomètre est à 72 %. Il nous reste à relever le défi de vous présenter une nouvelle lettre aussi intéressante que la précédente.

Dons


Vo 8 No 8

Sapere: goûter, mais aussi savoir

Nourriture: Au XVIe siècle ce mot désignait aussi ce que nous appelons culture


Nous ne planifions jamais nos lettres systématiquement. Nous faisons un vœu, célébrer par exemple le printemps et la vie et les circonstances font le reste. Marc Chevrier attire notre attention sur le danger de confondre langue nationale et langue officielle. Charles Le Blanc nous apprend ensuite que l’une et l’autre sont progressivement remplacées par le français robot. Un livre sur Pierre Perrault nous ramène aux origines de la vie, de la parole et de la nation, cependant que Stéphane Stapinsky nous rappelle les liens entre la petite propriété terrienne et la démocratie. La vente des rôtisseries St-Hubert nous invite à réfléchir sur la nourriture, sur le suicide, partout dans le monde, de ceux qui la produisent et sur la tragédie de ceux qui, victimes de la peur noire, mère du terrorisme, en sont privés. Un ami, René Bouchard, nous invite à présenter notre œuvre et à mettre en relief la cohérence qui la caractérise. Cette cohérence est centrée sur la vie. Tout se tient dans notre lettre, dont les grands thèmes sont la vie et la langue, cette vie et cette langue qui atteignent au Vietnam une diversité extrême...et fragile.

 Abonnement

 Vous avez reçu cette lettre d'un ami ?  Cliquez ici pour vous y abonner

L'encyclopédie de l'Agora

Devise: Vers le réel par le virtuel

Règle 1: «Accueillir toutes les opinions, les loger au niveau qui convient et les composer verticalement.»(Simone Weil).
Sans cohérence, point de convictions, sans convictions, point d'esprit critique devant l'oppression et point d'engagement durable pour lutter contre elle. Le devoir de cohérence... et de jugement est d'autant plus impérieux que le savoir est plus éclaté.

Vingt ans de cohérence centrée sur la vie, par Jacques Dufresne

L’année 2016 marque le 20e anniversaire du premier site de L’Agora. Belle occasion pour nous de mettre en relief un aspect de notre œuvre, présent depuis l’origine, mais pas assez manifeste : sa cohérence. 

L'anglais, langue nationale du Québec et de la France,  par Marc Chevrier

Le concept d’université de langue française est totalement absent de la législation québécoise.La seule obligation qui est faite aux universités à majorité francophone est d’adopter une politique qui « traite » de la langue de l’enseignement, des communications internes et du travail – sans aucune mention de la recherche du reste. Autrement dit, une université à majorité francophone pourrait du jour au lendemain décider de devenir bilingue ou anglaise tout en se conformant à la Charte de la langue française, en continuant d`indiquer dans sa politique linguistique les éléments requis par cette charte.

Le français-robot triomphe à Ottawa, par Charles Le Blanc

Charles Le Blanc, professeur à l'École de traduction et d'interpréation de l'Université d'Ottawa, réclame la démission de la directrice du Bureau de la traduction du gouvernement canadien. «Puisque plus de 85% des traductions se font vers le français, ce que l'on gomme en éliminant les traducteurs, ce sont les francophones et leur langue ramenée à un sabir technologique. Que pareille initiative émane de la direction du Bureau de la traduction fait frémir.»

Le Québec conquérant de Pierre Perrault, par Jacques Dufresne

Que penser de la vitalité d’un peuple dont les quatre principaux partis nationalistes sont plus attachés à leur petite souveraineté qu’à celle du pays? Pierre Perrault a répondu à l’avance à cette question. J’ai découvert cette réponse de façon inattendue.

Francophonie: aperçu de notre site sur ce sujet

«Au Japon, on peut constater que les chercheurs japonais, qui reçoivent des deniers publics, sont souvent dans l'obligation contractuelle, lorsqu'ils veulent et qu'ils peuvent légalement publier leurs travaux, de les communiquer en priorité à des journaux et revues scientifiques publiés au Japon, en japonais.» La science, la technologie et l'économie japonaises en ont-elles souffert à ce point?

Savoir manger, quel art!, par Hélène Laberge

Depuis l’achat par Cara, des rôtisseries St-Hubert, toutes les grandes chaînes de restaurants au Québec sont étrangères. Ces choses se passent, Dieu merci, à un moment où les Québécois font preuve, en art culinaire, d’une créativité telle que, dans quelques années, quand de nouvelles chaînes d’ici occuperont le terrain, personne ne regrettera les sauces St-Hubert. En attendant, pourquoi ne pas lancer un concours, lent, de menus destinés à une vaste restauration et utilisant les produits frais au rythme des saisons ou des régions, ou congelés en prévision de l’hiver?

Le suicide chez les agriculteurs : une crise du sens?, par Stéphane Stapinsky

La révolte récente des agriculteurs en France a ramené au premier plan de l’actualité un phénomène troublant qu’on observe depuis quelques décennies, et qui s’accentue en ce début de XXIe siècle : le nombre élevé de suicides chez les agriculteurs par rapport au reste de la population. Une telle situation se retrouve dans des pays aussi divers que les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie, l’Inde et la Chine.

Les contraintes économiques et financières très fortes qui s’exercent sur le monde agricole expliquent en partie ce phénomène. Mais le mal est de toute évidence plus profond : le paysan n’aime plus son métier depuis qu'on l’a industrialisé et technicisé à outrance, brisant ainsi son lien symbiotique et sacré avec la terre. Quand on a de bonnes raisons de penser que la terre empoisonne plutôt que de nourrir, peut-on encore l’aimer?

L’agriculture, source possible d’un renouveau démocratique?, par Stéphane Stapinsky

Aujourd’hui, la question de l’agriculture se pose essentiellement en termes économiques. Le rapport à la terre, d’intime, d’organique qu’il était dans le cas des paysans d’autrefois, est à peu près entièrement marchandisé. Cette dimension économique est évidemment essentielle mais ne devrait-on pas également prendre en compte d’autres aspects tout aussi importants ? La culture politique fondatrice de notre vie politique, celle de l’antiquité gréco-romaine, nous offre, à cet égard, des expériences enrichissantes. Dans le même esprit, des intellectuels (Chesterton, Christopher Lasch) et des activistes, nous proposent, quant à eux, des pistes de réflexion pouvant nous aider à renouer ces liens perdus avec la terre, avec le local, avec la vie, et à établir sur des bases plus solides, une vie démocratique digne de ce nom.

La peur noire, encore..., par Andrée Mathieu

Si l'on prend en compte la complexité, la question du pétrole et celle d'Israel, entre autres, apparaissent comme indissociables du terrorisme. Andrée Mathieu présente ici le point de vue d'un journaliste australien, John Pilger, qui ne craint pas d'être accusé d'antisémitisme en disant la vérité sur l'oppression pratiquée par Israel.

Tourisme autrement au Vietnam, par Youri Pinard

Nord du Vietnam. Ici le printemps c’est un éclair: deux nuits d’amour fou et bruyant pour les grenouilles éperdues des marais de Ninh Binh. La neige à Sapa et 30 degré celsius le lendemain!

Le retour de la montgolfière, Louis XVI visionnaire, par Jacques Dufresne

En pleine renaissance en ce moment, le plus léger que l’air pourrait donner à la Chine une supériorité militaire sur les États-Unis. En octobre dernier, elle a mis à l’essai, à une altitude de 20 000 pieds un ballon de 75 mètres, le yuanmeng jouissant, grâce à l’énergie solaire, d’une autonomie de six mois. De quoi, en augmentant l’altitude, surveiller et punir la terre et les hommes tout en restant à l’abri des attaques. Le plus léger que l’air mérite toutefois plus et mieux qu’un usage militaire.

Sanders vs Trump

La guerre des deux oiseaux: le bruand et le pygargue.

Prévention quaternaire, contre la surmédicalisation, par PIerre Biron

La prévention quaternaire protège les bien portants et les
patients des méfaits associés aux tests, interventions ou traitements inutiles.

Colloque sur la santé

Événement: Soirée Relations/Amis de la Terre

La santé au Québec – repenser en profondeur un système et une culture.

Québec, 27 avril à 19h.

JACQUES DUFRESNE, philosophe, éditeur de l’Encyclopédie de l’Agora et d’Homo Vivens ;
ISABELLE LEBLANC, médecin, présidente de Médecins québécois pour le régime public ;
JEAN-CLAUDE ST-ONGE, philosophe, auteur du livre L’Envers de la pilule. Les dessous de l’industrie pharmaceutique.

Salle Michel Jurdant (322-324) du Centre Frédéric-Back à Québec (870, av. Salaberry).

Autres précisions

 


Appel aux dons

 Suite à notre dernière lettre, vous avez fait preuve, chers amis, chers lecteurs, d'une générosité telle que nous espérons pouvoir atteindre notre objecfif avant la fin de l'année. Notre thermomètre est à 72 %. Il nous reste à relever le défi de vous présenter un nouvelle lettre aussi intéressante que la précédente.

 


 

_____________________________________________________________________________

 

 
____________________________________________

Coordonnées

 

Abonnement ou désabonnement: http://lalettredelagora.org/

Questions ou commentaires: editeurs@agora.homovivens.org

L´Encyclopédie de L'Agora

190 chemin Corey

Ayer's Cliff (Québec)

 J0B 1C0 Canada