Archives

 

 La Lettre de L'Agora, Vol.8 no 10, 20 juin 2016

Abonnement

 Vous avez reçu cette lettre d'un ami ?  Cliquez ici pour vous y abonner et pour trouver les archives de la lettre

Un numéro généreux … et pour atteindre l’objectif de notre appel aux dons, dix jours d'ici au 30 juin. Mais également juillet et août, période de vacances où la Lettre fait relâche!  Nous en sommes à 81% de notre objectif.

D’abord une nouvelle qui nous réjouit tous : Pour son livre sur le biomimétisme, notre amie et collaboratrice Andrée Mathieu a reçu le prix Hubert Reeves 2016 de vulgarisation scientifique.

À l’heure du coming out universel, nous vous proposons une série de coming in bien particuliers. En nous proposant, dans le cadre du biomimétisme de prendre la vie comme modèle, plutôt que comme matière première, Andrée Mathieu sonne l’appel d’une réconciliation avec la vie, appel auquel fera écho notre nomade sédentaire Youri Pinard en évoquant les allusions à la résilience dans le film Demain. Miser sur la résilience c’est une autre façon de rentrer dans la vie, de préférer sa spontanéité à la prévisibilité des plans. Marc Chevrier, dans le sillage de Pierre Manent, s’interroge sur les conditions dans lesquelles la France pourra rentrer en elle-même sans heurter trop violemment une partie de sa population. Stéphane Stapinsky mise aussi sur la vie comme modèle pour remettre en valeur les lieux et les espaces. Ces espaces avec lesquels les faucheurs de Tolstoï étaient en harmonie. Claude Payer et Daniel Drouin, dans les Tabernacles du Québec, nous invitent à retrouver des fragments de nous-mêmes dans le passé. L’historien Serge Gagnon fait de même dans son autobiographie, Un destin clandestin. Connais-toi toi-même, nous dit Richard Lussier dans son rigoureux portrait de Socrate. Par rapport à l’athlète Hugo Barrette qui poursuit un objectif, un record; le danseur, Guillaume Côté, habité par une fin, la beauté, rentre en lui-même. Rémy Gagnon rentre aussi en lui-même quand il nous invite à habiter le monde en poète, par le regard qui écoute. Heinz Weinmann, qui signe aujourd’hui une pièce majeure du procès de réhabilitation des œuvres de Claude Jutra, nous proposait, dans Critère, il y a quarante ans, un texte sur le nomade et le sédentaire qui n’a pas vieilli. Parfois, rentrer dans la vie comme c’est le cas pour les pensionnaires des CHSLD, dont nous parle Jacques Dufresne, c’est sortir, au risque de soi, de la stupeur des médicaments.

Ne quittez pas notre lettre tout de suite, elle contient plusieurs autres feuillets!

Dons

 

____________________________________________________________________________

Voici d'abord un érythrone du peintre Pierre Lussier

Sur le sentier des fleurs sauvages d'Ariane Collin

L’été de la grande musique, par Stéphane Stapinsky

Demain, ce sera enfin l’été. Il nous a paru opportun de souligner en musique l’arrivée de la belle saison, en vous proposant quelques œuvres classiques, connues ou moins connues, ayant pour thème l’été.

Le vivant comme modèle, par Andrée Mathieu

«Ce besoin de confiance entre nous, humains, de même que vis-à-vis des autres espèces, sera-t-il suffisant pour faire émerger le niveau de conscience biosphérique dont nous avons besoin pour nous reconnecter à la terre et savourer la sensation d'y être vivants ensemble? Dans cinquante ans, nos enfants connaîtront la réponse à cette question, et pourront la méditer aux côtés des baleines bicentenaires, (si elles sont encore là), des éponges millénaires (qui seront sûrement là) et des éternelles bactéries (qui seront là de toute façon)» (p.291)

Le christianisme et son double, par Marc Chevrier

La réponse de Manent présuppose plusieurs éléments. Tout d’abord, l’accueil de l’Islam se fera dans et par la nation française. Pour Manent, c’est dans la nation, et non dans la cité restreinte ou dans l’empire, que les Européens ont appris à se gouverner eux-mêmes, tout en répondant à la « proposition chrétienne » du salut. L’Europe est une association humaine au statut trop indéterminé – que Manent a du reste déjà qualifiée d’empire démocratique dans un ouvrage antérieur – qui instille à ses peuples membres le « regret de n’être que soi » (p. 40) pour pouvoir fournir une réponse politiquement adéquate au fait musulman.

Le lieu et l'appartenance : à propos d’un ouvrage récent,  par Stéphane Stapinsky

Pour paraphraser Bernanos, on pourrait dire qu’on ne comprend rien au monde actuel, si l’on n’admet pas d’abord qu’il est une conspiration universelle contre toute espèce de sens réel, charnel, du lieu. En effet, les conditions objectives du monde -- contexte socio-économique, technologie, transports, médiatisation et télécommunications -- et les  discours ambiants (comme le postmodernisme) font en sorte de distendre de toutes les façons possibles le lien qui existe entre une personne et un lieu donné, qui est celui de son appartenance. Compte rendu de l'ouvrage Why place matters. Geography, identity, and civic life in modern America, sous la direction de Wilfred M. McClay et Ted V. McAllister (Encounter Books, 2014).

Le regard qui écoute, un livre de Rémy Gagnon, par Jacques Dufresne

Regarder pour mieux habiter est un énoncé décisif pour les Occidentaux que nous sommes. On en prendra toute la mesure en le rapportant à Hestia (Vesta), la déesse vierge des Grecs, le feu élémentaire et flamboyant, le fond des choses que l'on peut également imaginer comme le noyau brûlant de la terre, son foyer, son lieu le plus intime à partir duquel l'homme mesurait sa proximité par rapport à l'être. Avec Hésiode, on découvre le travail de la déesse immaculée, de celle qui prend soin de la sainte maison, qui accueille et nous fait nous sentir chez nous, en toute sécurité.

Ces fragments de nous-mêmes que nous appelons patrimoine, par Jacques Dufresne

À propos des Tabernacles du Québec des XVIIe XVIIIe siècles. «Le rythme de nos rires, la chanson de nos pleurs, les aujourd’hui qui passent » on les retrouve dans les feuillages stylisés de ce livre et dans les animaux symboles reliant la nature à l’homme et l’homme à Dieu. C’est le premier livre paru sur ce sujet depuis la publication en 1974 du livre fondateur de Raymonde Gauthier : Les tabernacles anciens du Québec : des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles (Ministère de la culture).

La dynastie des Levasseur, par Raymonde Gauthier

Strictement, il (ce rétable) ne sert à rien. Et par là il est beau. Qu'on mette tant de soins à créer un décor dans une ville petite, froide, éloignée du coeur de la civilisation, tient du prodige. D'autres parleront de ferveur religieuse, nous parlerons du luxe, du superflu essentiel à l'homme, du luxe payé en produits du jardin. Les ors ont noirci, la polychromie des statues s'est un peu défraîchie, Pierre Noël a fait oeuvre utile: encore aujourd'hui elle nous apprend les choses et les gens du XVIIIe siècle.

La maison, selon Éric Volant

«Il existe en nous, au-delà de la bâtisse réelle, et au-delà des faits du passé vrai de notre enfance, une «crypte» cachée, « une coquille initiale», un «placard profond». Au plus profond de nous-mêmes vit une maison imaginaire, un espace d’intimité et de réconfort, de lumière et de chaleur. Grâce à elle, nous avons la conscience d’être abrité contre le froid et le chaud, contre la tempête et la pluie, contre la nuit et les forces obscures.»

Doucet Saito : un nouveau site

On retrouvera sur ce site l’essentiel des œuvres de ces deux sculpteurs prestigieux vivant en Estrie au Québec. Pour la présentation de leur œuvre en français, veuillez consulter notre dossier à leur sujet. Commentaire de Madeleine Bessborough, directrice du New Art Centre, Roche Court, UK, à l’occasion d’une exposition récente de Doucet Saito : «Leur simplicité formelle et leur sensibilité au matériel produisent des images merveilleuses, sensuelles, abstraites, qui restent néanmoins en communion avec le paysage au sein duquel elles se dressent.»

L’athlète, le danseur, par Jacques Dufresne

Les Jeux olympiques à Rio, les Jeux du Québec à Montréal, nous serons gavés cet été de nouvelles sur le sport. En réalité nous serons. mine de rien, endoctrinés. On nous présentera comme modèles ces héros de la movitation, ces forcenés du record, appelés athlètes, alors qu'il faudrait nous enseigner que la motivation doit être subordonnée à l'inspiration, comme elle l'est chez un grand danseur. Sans quoi la drogue devient nécessaire pour remplacer l'inspiration.

Les racines du socialisme de Bernie Sanders, par Andrée Mathieu

"C'est la guerre en ce moment dans notre pays. Je ne parle pas de ce qui se passe en Irak ou en Afghanistan. Je parle de la guerre qui oppose les individus les plus riches, les plus puissants, aux familles américaines, aux humbles travailleurs, à la classe moyenne qui est en train de disparaître. La vérité, c'est que certains milliardaires veulent toujours plus et leur cupidité n'a aucune limite.

Demain et après, par Youri Pinard

Le film propose des solutions pour ralentir la destruction mais surtout il propose des pistes de résilience pour une nouvelle manière de se relier à la nature et de relier les hommes entre eux. Les actions se déroulent sur tous les plans en même temps et sont multipliables. Ces solutions qui développent la diversité, l’autonomie, la création de communautés mieux soudées aideront les collectivités à vivre humainement même quand les grands systèmes seront mis en échec..

Euthanasie: leçons à tirer de l'eugénisme, par Jacques Dufresne

Les liens entre l’eugénisme et l’euthanasie sont étroits, historiquement et logiquement. Les changements ayant été plus radicaux et plus rapides du côté de l’eugénisme, on peut en tirer de précieuses leçons pour l’euthanasie. Vous croyez que dans ce dernier cas votre choix personnel sera respecté. Demandez aux couples qui choisissent de garder leur enfant trisomique ce qu’ils en pensent.

CHSLD: nous en avons assez de durer, nous voulons des soins de longue vie, par Jacques Dufresne

Nous tenterons de régler le problème des CHSLD, a dit en substance monsieur Couillard, à la télévision de Radio-Canada, (15 juin) quand nous aurons une marge de manoeuvre. Cette marge de manoeuvre existe déjà, vous devriez le savoir: c’est dans l’acharnement sur les bien-portants au moyen de tests et de mesures préventives superflues que sont engouffrés les milliards grâce auxquels on pourrait créer un milieu vivant pour les malades chroniques. La surmédicalisation des uns, la déshumanisation des autres! Moins de statines pour les premiers, de meilleurs repas pour les seconds!

La santé publique et les intérêts de l’industrie pharmaceutique: comment garantir la primauté des intérêts de santé publique?, par Liliane Maury Pasquier

Dans notre dernière lettre, Pierre Biron signait un article intitulé La crise médico pharmaceutique perdure. Il proposait une série de remèdes radicaux. Le Conseil de l'Europe confirme ses vues. (cliquer en haut à gauche sur DOCUMENTS LIÉS après ouverture du site).

La médecine socratique, par Jacques Dufresne

À propos de Traquer la maladie, traduction par Fernand Turcotte de Seeking Sickness. Medical Sreening and The misguided Hunt for desease, par Alan Cassels, Presses de l’Université Laval, Québec 2016. Par médecine socratique je n’entends pas une sorte de psychanalyse rationnelle, mais une façon pour le patient de conserver sa confiance en lui-même dans un bureau de médecin, cette confiance dont Socrate faisait preuve face à tous ses interlocuteurs, petits et grands, faibles ou puissants.

Tolstoï moisonneur, par Hélène Laberge

Tout jardinier qui pratique sérieusement une culture biologique se sentira frère de ce Levine (alias Tolstoï) comme lui astreint à aller jusqu’au bout de l’effort nécessaire pour moissonner lorsque l’heure est venue.

Serge Gagnon, un destin clandestin, par Jacques Dufresne

L’intérêt du livre tient aussi au fait qu’en racontant l’histoire de sa vie intellectuelle, Gagnon joint l’universel au particulier. Il est en effet l’un des rares universitaires de sa génération qui est demeuré fidèle aux lumières qu’il avait aperçues dans la grande noirceur de sa jeunesse (il est né en 1938). En évoquant son destin clandestin, il met en lumière bien des aspects de la révolution tranquille auxquels on n’aurait jamais prêté attention autrement.

Post-mortem de l’affaire Jutra, suivi d’un mot d’Edgar Morin, par Heinz Weinmann

Le consensus ici est contraire à sa norme : au lieu de clore en beauté un débat, il clôt le bec à quiconque veut ouvrir un réel débat contradictoire. L’unanimisme au Québec, c’est le silence des agneaux timorés qui n’osent hurler qu’avec la meute des loups.

Les quatre évangélistes de Socrate, par Jacques Dufresne

On a souvent comparé Socrate à Jésus. Le dernier à le faire est Richard Lussier, dans un livre qui vient de paraître aux Presses de l’Université Laval, sous le titre de Socrate un portrait inédit et en sous-titre, en deçà des Socrate dramatiques.

Le dictionnaire du cinéma anglo-saxon, La confiance selon Henry King,  par Jean-Philippe Costes

"L'Enfer est tout entier dans le mot solitude". Nul mieux que l'Homme du XXIe siècle n'est en mesure de cerner la tragique pertinence de cette maxime de Victor Hugo. La sacro-sainte Technologie avait promis de rapprocher les êtres. Elle n'a fait que les éloigner. A défaut d'avoir été entendu, l'avertissement de Terry Gilliam est devenu réalité. Le monde n'est plus qu'une triste réplique de Brazil, glaciale Metropolis où les écrans multipliés à l'infini n'ont de cesse de nous diviser. La Post-Modernité nous a consolés en créant les paradis artificiels de la virtualité. Jamais hélas le compagnon cybernétique ne remplacera l'Ami cicéronien naguère célébré par Howard Hawks. L'isolement, hantise de toujours, reste au coeur de notre actualité. Henry King nous l'assure, une valeur pourrait pourtant soigner le mal congénital qui nous afflige: la Confiance.

Jean-Philippe Costes vous invite à découvrir le dernier épisode de sa série documentaire intitulée Les Clefs du Cinéma- Arthur Penn,

Site appartenance

Ces liens vivants, à des personnes, des objets, des lieux, des œuvres, des paysages rappellent la multitude de petits vaisseaux qui relient le foie à l’ensemble de l’organisme. Métaphores, lieux, valeurs, gestes, temps, éléments

Nos réserves sont riches

1996: Le chemin étoilé de Michel Dongois, l’un des articles qui fut à l’origine de l’engouement des Québécois pour le Chemin. Le voyage : déplacement dans le temps, l’espace et la hiérarchie sociale. Marcher : une philosophie

__________________________________________________________

Événements

Pour une guérison de la mémoire du Québec

L’Observatoire Justice et Paix convie la population à une journée de réflexion et de discussion sur l’état de la mémoire collective des Québécois le 25 juin de 9h30 à 17h30 à la salle 1334 du pavillon La Laurentienne de l’Université Laval.

Programme détaillé

Avec Brigitte Bédard, Éric Bédard, Matthieu Bock-Côté, Anne Leahy, Éric Martin-Meunier, Nicolas Matte, Père Martin Lagacé, Émile Robichaud.

 

_______________________________________________________________

DIALOGUES1666

350e de la première dispute philosophique publique au Québec

Le 2 juillet prochain à 14h à Montréal

au Champ des Possibles

(Coop Temps Libre en cas de pluie

tempslibre.coop)

Précisions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Appel aux dons

Que vous choisissiez la plongée ou la pêche, nous vous invitons à faire monter la température dans le thermomètre de votre générosité. Nous sommes à 76% du but et à 90 % du temps pour l'atteindre. La présente lettre ne vaut-elle pas à elle seule 1 $ par lecteur? Or nous en avons 10,000...

 

 ____________________________________

 

Coordonnées

 

Abonnement ou désabonnement: http://lalettredelagora.org/

Questions ou commentaires: editeurs@agora.homovivens.org

L´Encyclopédie de L'Agora

190 chemin Corey

Ayer's Cliff (Québec)

 J0B 1C0 Canada