Archives

 

 La Lettre de L'Agora, Vol.9 no1, 12 septembre  2016

Experts répudiés, peuples moqués, reboussoler la politique + 25 sujets variés

Onze septembre, quinze ans après. Par-delà les images réproduites ad nauseam, Daniel Cérézuelle nous invite à relativiser cet événement. Combien de morts à Manhattan, combien de morts sur les routes la même année aux USA, combien de meurtres dans le pays? 2016 marque le 500e anninversaire de l'Utopie de Thomas More. Dans Le saint, la mégère et le truand,  Nicole Morgan évoque la trajectoire du libéralisme, depuis sa noble naissance jusqu'à sa fin honteuse.

Après Trump et le Brexit, la démocratie semble avoir subi le sort des tours de Manhattan. Le peuple enfin digne de gouverner est devenu tout à coup méprisable. Qui sont ces blancs américains qui votent pour Trump? Stéphane Stapinsky répond à cette question en commentant "Hillibilly Elegy", l’autobiographie d’un jeune Américain blanc issu de la classe ouvrière qui a réussi à s’élever socialement et qui regarde aujourd’hui sans complaisance ni mépris son milieu d’origine.

Dans un article sur le Brexit, il s'interroge sur la remise en question du discours des experts apparue tout au long de la campagne référendaire. L’hypothèse d’une ère « post-factuelle », « post-vérité » serait-elle vérifiée ? Pour ce qui est du Canada, il est, comme nous explique Stéphane Stapinsky dans Irréalités justiennes, «au-delà de la tolérance.» La démocratie se porte-t-elle mieux en France? Que les aboiements cessent, répond Pierre-Jean Dessertine.

.

Campagne 2016-2017

Résultat final pour l’année 2015-2116 : $18 600, soit 93% % de notre objectif qui était de $20 000 Nous conservons cet objectif pour la campagne 2016-2017. Toujours dans l’espoir de pouvoir payer des honoraires plus que symboliques à notre collaborateur principal, mais avec la promesse d’accuser amicalement réception de chaque don reçu et la volonté d’améliorer notre organisation au point de pouvoir atteindre notre objectif en six mois, ce qui nous donnerait la douce illusion de ne pas toujours courir après l’argent.

Appel aux dons

 Abonnement

 Vous avez reçu cette lettre d'un ami ?  Cliquez ici pour vous y abonner et pour trouver les archives de la lettre

 

Nouvelles

L’îlot Louis Valcke, par Stéphane Stapinsky

Nous appelons îlot un dossier d’une ampleur exceptionnelle sur un auteur ou un thème. Celui-ci, œuvre de Stéphane Stapinsky, est un modèle dont nous espérons qu’il sera imité, ce qui suppose un apport financier particulier. Le poète Doug Jones et le philosophe Louis Valcke, deux amis, vivaient tous deux à North Hatley. On retrouve ce village au fond du poème que le poète consacra au philosophe.D’autres documents passionnants s’ajouteront bientôt à cette œuvre en construction. Hissez vos voiles et visitez régulièrement l’îlot Louis Valcke.
 

Année de la beauté à l’Agora

 
Chaque lettre de cette année 2016-2017 contiendra une section consacrée à la beauté. Dans l’ordre, non systématique, nous mettrons l’accent sur la musique, l’architecture, la sculpture, la peinture, les vitraux, la mosaïque, la danse… La littérature sera présente dans chaque lettre et nous ferons sa juste place à la beauté dans les sciences.

Rendez-vous sur notre dossier La flûte enchantée. Vous pourrez y voir et entendre l'opéra de Mozart présenté au Festival de Salzbourg en 2006, y lire un texte de Stendhal sur le sujet, un autre de Gounod, etc. Voir aussi l'annonce relative au 300e anniversaire du Couvent de Neuville.

***

Regards sur le monde

Relativiser le 11 septembre, par Daniel Cérézuelle

Aux Etats–Unis comme chez nous, si on refuse la violence faite aux gens ordinaires, c’est à la tuerie motorisée et aux dysfonctions médicales et hospitalières qu’il faut s’attaquer en premier lieu. Mais comme le dit Pascal « la raison a beau crier, elle ne peut mettre le prix aux choses » et nos esprits gavés par les média d’images et d’informations décontextualisées perdent aisément le sens de la mesure et des priorités.

Le saint, la mégère et le truand. par Nicole Morgan

À la quasi veille des élections américaines de 2012 je publiais: Haine Froide, à quoi pense la droite américaine? La date choisie n’était ni politique ni même opportuniste. C’était une coïncidence. Moins fortuit en revanche était le titre d’un article vieux de 24 ans : De Thomas More à Donald Trump . L’Utopie de Thomas More (déc.1516), cette belle idée libérale, qui se meurt sous nos yeux.

France: que les aboiements cessent, par Pierre-Jean Dessertine

Une politique d’avenir serait d’abord une politique qui saurait rester sobre dans sa gestion d’un événement-attentat. Elle éviterait les postures martiales, les déplacements surmédiatisés toutes affaires cessantes, les proclamations définitives sur les lieux du drame, les interprétations hâtives, la mise en valeur médiatique déplacée des (présumés) auteurs, les indécentes mises en cause de la responsabilité des rivaux.

Dépasser la décroissance, par Pierre-Jean Dessertine

La décroissance peut-elle être le but de l’écologie politique ? « Décroissance » est-il le nom d’une notion véritablement politique ? Il importe de clarifier notre rapport à cette notion pour savoir s'il est légitime de lui faire porter les espoirs de l'écologie politique.

La mort est dans le pré, par B.

Lettre ouverte à tous les hommes politiques de bonne volonté, à tous mes amis agriculteurs, à tous ceux qui de près ou de loin aiment la terre de France et ceux qui la travaillent. A tous les journalistes qui feraient mieux de donner la parole aux paysans plutôt qu’à des débiles planqués dans les abattoirs et qui nous rebattent les oreilles d’inepties.L'auteur de cette lettre est un ami de l'Agora.

Hillbilly Elegy, ou la complainte de la classe ouvrière blanche américaine, par Stéphane Stapinsky

Publié il y a quelques semaines aux États-Unis, « Hillbilly Elegy » est l’autobiographie d’un jeune homme de 31 ans, J. D. Vance, qui a vécu sa jeunesse dans la ville sidérurgique de Middletown (Ohio), située au cœur d’une région des États-Unis aujourd’hui économiquement dévastée, qui est l’un des viviers où recrute Donald Trump. Diplômé de la prestigieuse école de droit de Yale, Vance a ainsi pu échapper à la fatalité qui emprisonne tant de jeunes comme lui dans leur milieu d’origine. Un portrait vivant, sympathique, mais qui sait être critique, lorsqu’il le faut, de l’Amérique profonde.

Irréalités justiniennes, par Stéphane Stapinsky

Chaque époque a les hommes politiques qu’elle mérite. Les grandes tragédies historiques appellent aux plus hautes fonctions les Churchill et les De Gaulle. Nous avons, au Canada, un Justin Trudeau, qu’on présente, sur toute la planète, comme le politicien de rêve d’un monde postmoderne et multiculturel. En cet été burkinesque, le premier ministre canadien a affirmé qu’au Canada, nous devrions être « au-delà de la tolérance ». Une telle prétention, qui ne repose sur rien, est la preuve que Trudeau vit dans un monde imaginaire, un monde qui pourrait être celui d’un adolescent qui prend ses désirs pour des réalités.

Campagne référendaire au Royaume-Uni : exeunt les experts? par Stéphane Stapinsky

La campagne en vue du référendum sur la sortie de l’Union européenne a été d’une rare brutalité. Les commentateurs ont dénoncé la manipulation des faits et la diffusion de mensonges dont ont été coupables les deux camps. Les partisans du Brexit, qui ont encouru à ce sujet les critiques les plus dures, ont aussi manifesté un scepticisme extrême face au discours des experts tentant d’éclairer les enjeux. Pour toutes ces raisons, certains ont décrit la consultation sur la sortie de l’UE comme le premier référendum de l’ère « post-factuelle ». Est-ce justifié ?

Michael Gove et les experts – une mise au point Stéphane Stapinsky

S’il est une phrase qui a marqué la campagne du Brexit, c’est bien celle-là : « Je pense que les habitants de ce pays en ont assez des experts. » Ces propos du ministre conservateur pro-Brexit Michael Gove, qui lui ont accolé pour de bon les étiquettes infâmantes d’obscurantiste et de populiste, ont donné des munitions au camp du Remain. Pourtant, la simple écoute de l’entrevue montre que cette citation est incomplète. Le présent article entend rétablir les faits.

Le Québec dans ce monde

Reboussoler la politique, par Jacques Dufresne

L’encéphalogramme politique québécois est plat. Le cardiogramme également. Ils ont perdu cette altitude qui résulte de la distance entre les moyens et les fins. Pourquoi le Québec n'entrerait-il pas en tant qu'État dans le mouvement Villes en transition lancé en 2006 dans le sillage des travaux du Schumacher Institute? Le dynamisme et le maître chez nous sont du côté des municipalités en ce moment.

Commémoration et conscience collective, par Marc Chevrier

Par bonheur, si l’on regarde autour de soi, le Québec n’est pas encore devenu ni un parc de béton où des vivants sont momentanément stationnés, ni un simple réseau sans fil d’individus reclus dans le scaphandre de leur moi qui gazouillent entre eux par des ondes électromagnétiques. Il grouille d’activités et d’initiatives venant de citoyens, d’associations et de municipalités dont l’objet est de se remémorer des figures et des moments remarquables de l’histoire locale et nationale.

La monnaie locale et complémentaire, nouveau dossier de l'Encyclopédie de l'Agora

Le moyen radical pour en finir avec l'argent tiré de l'argent plutôt que du travail. Le mouvement semblait associé trop étroitement à la crise de 2008 pour durer. Il est en plein essor aujourd'hui, notamment dans le mouvement Transition. Raison de plus pour étudier l'oeuvre des fondateurs: Silvio Gesell et Bernard Lietaer notamment et pour mieux comprendree l'économie sociale.

Une conjoncture défavorable aux aînés, par Jacques Dufresne

«Oui au Brexit! jeunesse amère et furieuse contre ses aînés. Les vieux ont pris les décisions qui engagent l’avenir des jeunes.» Au lendemain du référendum tenu le 23 juin 2016, ce fut la réaction presque unanime d’une certaine élite mondiale, européenne d’abord.

Un véhiculte nommé auto, par Jacques Dufresne

Oh ma berline chérie, sais-tu bien que je t’aime, sais-tu pourquoi? C’est parce qu’en ton cocon de cuir blond je trouve à la fois la sécurité du fœtus, la puissance du surhomme et la liberté des dieux. Tu me protèges comme la plus aimante des mères, tu m’obéis comme le plus fidèle des esclaves. Tu me conduis partout où je veux, quand je le veux. La raison te condamne. Mon coeur te réclame.

Retour aux Tacots d'André Melançon

Mort le 23 août dernier du cinéaste québécois des enfants, André Melançon. Son œuvre la plus connue, La guerre des tuques, a malheureusement rejeté dans l’ombre plusieurs films de jeunesse qui méritent la plus grande attention, Les tacots, par exemple, un film qui évoque avec  le plus parfait naturel, la fascination des enfants pour l’auto, dans un contexte(1974) où les fillettes défendent astucieusement leurs droits de maîtriser à leur tour cet engin fatal pour la planète. Délicieuse guerre des sexes associée à une guerre des voiturettes qui se terminera bientôt par l’élimination des chauffeurs, filles ou garçons.

375e anniversaire de Montréal (1642-2017), par Christian Rioux

En vue de la commémoration prochaine de la fondation de Montréal, nous reproduisons ici la série de quatre articles parus récemment dans Le Devoir sous la signature de Christian Rioux, correspondant du journal en France. La fondation de Montréal : (1)La grande aventure mystique, (2)Un monde de femmes, (3) Des amérindiens si proches , (4) Des héros oubliés

Les Olympiques selon Sport Expert et Radio-Canada: la mortification extrême, par Jacques Dufresne

Les Jeux olympiques ne sont pas seulement un divertissement sportif, patriotique et commercial, ils sont une imparable  leçon de philosophie que l’humanité se donne à elle-même, les commanditaires étant les maîtres, les commentateurs étant les répétiteurs, les médias jouant le rôle d’amplificateurs du message unique, lequel s’adresse d’abord aux jeunes : soumettez impitoyablement votre corps aux diktats de votre volonté.


Les situations corruptrices

Comme s’il n’y avait pas assez de mal dans la nature et dans l’homme, nous en ajoutons en créant artificiellement des situations corruptrices, des occasions qui font des larrons.

Les arnaques de la lunetterie

Jacques Dufresne s'interroge sur les conséquences de la cohabitation des opticiens et des optométristes. La norme: lunettes à $1000! Selon un reportage de CBC en 2012, les verres ordinaires sont l’objet d’une production de masse et peuvent être fabriqués pour aussi peu que $2 à $12 pièce. Quant au coût de la production des verres plus sophistiqués, il se situe entre $20 et $50. L’expert cité, Bruce Bergez, un opticien retraité de Hamilton, a aussi été propriétaire de la chaîne Great Glasses.

Scandales, échecs et tragédies

Pierre Biron, l’auteur de l’Alter dictionnaire médico-phamaceutique s’élève contre les partenariats entre les industries pharmaceutiques et les facultés universitaires.

Cinéma

Le Carol Reed de Jean-Philippe Costes

Qui sont en effet les héros du brillant adaptateur de Graham Greene? Ils sont d'abord des "petits choses" dignes d'Alphonse Daudet, comme dans A Kid for Two Farthings,Première désillusion (The Fallen Idol) et Oliver. Ils sont ensuite des adultes tantôt puérils, comme dans La grande escalade (Climbing High), tantôt immergés dans un cadre de vie enfantin, comme les acrobates de Trapèze. Ces personnages singuliers sont enfin des fils confrontés à la figure intimidante du père. Dans L'extase et l'agonie (The Agony and the Ecstasy), Michel-Ange (Charlton Heston) oeuvre ainsi sous la férule d'un mentor, le Pape guerrier Jules II (Rex Harrison),    

 

 

 

 

 

 ____________________________________

 

Coordonnées

 

Abonnement ou désabonnement: http://lalettredelagora.org/

Questions ou commentaires: editeurs@agora.homovivens.org

L´Encyclopédie de L'Agora

190 chemin Corey

Ayer's Cliff (Québec)

 J0B 1C0 Canada