Archives

La Lettre de L'Agora, 10 novembre 2019

Vol 12 No.2 Enfant, Adulte, Maturité, Liberté, Démocratie

Dans son édition du 5 novembre dernier, la revue BioScience, organe de l'American Institute of Biological Sciences, publie, sur le réchauffement climatique, un rapport encore plus alarmant que tous les précédents. 11,000 scientifiques, représentant 153 pays, l'ont signé. Dans notre dernière lettre, nous avons mis en lumière un lien entre l'infantilisme et l'incapacité de prendre le long terme en compte. Cela nous a incités à poursuivre dans cette lettre une réflexion sur l'enfant et l'adulte amorcée il y a déjà 50 ans dans le même esprit. Cette question est aussi au cœur de La raison et la vie, livre de Jacques Dufresne qui vient tout juste de paraître

 Ce livre marque une étape importante dans notre démarche  pour assurer la relève. Plus nous nous approchons de ce but, plus vos dons sont importants. Une commission spéciale sur les droits des enfants vient de commencer ses travaux au Québec. À supposer que cette commission ait jugé bon de commander une vue d'ensemble comme celle que nous présentons ici, combien aurait-ellle coûté aux contribuables ? Et quand aurait-elle été terminée ?

Appel aux dons - La campagne 2019-2020

Pour faire un don

Abonnement

Vous avez reçu cette lettre d'un ami ?  Cliquez ici pour vous y abonner et pour trouver les archives de la Lettre

Dons, par Internet ou par la poste


La raison et la vie

La raison et la vie, livre de Jacques Dufresne

L'auteur a toujours été, dans sa pensée comme dans son action, à la recherche d'une maturité reposant sur l'harmonie entre la raison et la vie, avec la conviction croissante que toutes les zones d'interaction de l'une et de l'autre sont interdépendantes. Ces zones d'interaction, il les appelle paysages : naturel, intérieur, social. « Par exemple, écrit-il, entre le sol brutalisé par une certaine agriculture industrielle, le psychisme individuel colonisé par les experts et soumis au conditionnement et une société civile réduite à une peau de chagrin parce que coincée entre un marché tentaculaire et un État interventionniste, l'analogie est frappante. Ce qui veut dire qu'advenant un déséquilibre qui défavorise la vie dans le paysage naturel, comme c'est le cas aujourd'hui, on ne saurait remédier à un tel mal sans lutter contre le même déséquilibre dans les deux autres paysages. Quel que soit le paysage auquel on s'intéresse d'abord, la prise en compte des deux autres s'impose.

Extraits du livre sur les principaux thèmes

Écologie

Éducation

Politique

Religion

Santé

Science


Les enfants du siècle

Enfants des écrans: des troupeaux sans berger

par Georges-Rémy Fortin

Dans le contexte mondialisé actuel, dans quelle mesure les parents peuvent-ils encore s'imposer comme maîtres et modèles de leurs enfants ? Rois, voire tyrans en apparence, ces derniers ne sont-ils pas des agneaux qui plus que jamais ont besoin de parents bergers ? Agneaux qui, comme nous l'ont appris la nature et Aristote, se forment par l'imitation, la mimésis. Certes la mimésis pouvait hier produire chez les enfants un conformisme vertical excessif, une trop grande ressemblance avec les parents, mais ne condamne-t-elle pas aujourd'hui les mêmes enfants à un conformisme horizontal, où, dans des troupeaux extensibles et multipliables à l'infini, ils risquent de perdre une identité si chèrement acquise au cours des siècles ?

Les enfants du néo-libéralisme

par Jacques Thivierge

Dans le contexte néo-libéral et individualiste d'Amérique du Nord, l'enfant, mieux que jamais protégé par les lois, n'est-il pas privé des valeurs personnelles de ses parents qui hésitent à les lui transmettre de peur d'abuser de leur autorité ? Privé de cette protection, l'enfant ne devient-il pas alors la proie des prédateurs du marché : vendeurs d'armes d'assaut, de drogues, de jeux et de médias sociaux, autant de facteurs qui, en induisant une dépendance perturbatrice, ouvriront la porte aux vendeurs de médicaments. Où sont les adultes dont les enfants auraient aussi besoin pour échapper à l'éco anxiété ?

Droits ou bonheur des enfants ?

par Jacques Dufresne

Après un rappel de l'histoire de l'enfant et de la famille permettant de mieux comprendre la migration des enfants d'aujourd'hui vers les médias sociaux, Jacques Dufresne soulève des questions de fond en rapport avec les travaux de la « Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse ». Il se demande si le respect des droits des enfants, au moyen de lois et de programmes étatiques, est la meilleure façon d'assurer leur bonheur. Ne faudrait-il pas d'abord, à cette fin, tenter de restaurer le tissu social ?

Le VPH et la surmédicalisation des fillettes dans le contexte des variations culturelles de la maladie

Jacques Dufresne présente les points de vue de Pierre Biron sur le premier sujet et de Luc Perino sur le second

Le moins qu'on puisse dire de la vaccination des fillettes contre le VPH (papillomavirus humain) pour prévenir le cancer du col de l'utérus (CduC) c'est qu'elle est contestable. Le Japon, par exemple, ne la recommande plus. Comment comprendre que l'OMS recommande d'étendre cette vaccination à l'Afrique alors que les petites filles meurent massivement de diarrhées, de paludisme et de tuberculose avant d'avoir atteint leur puberté et que l'ablation du clitoris chez l'adolescente, continue à être pratiquée dans divers pays.

Une vie au-delà des écrans

par Georges-Rémy Fortin

Les enfants sont exposés aux écrans de plus en plus jeunes, et de plus en plus intensivement. Nous savons tous que cela n'est pas bon, mais nous ne mettons pas toujours toute l'énergie nécessaire à leur donner une éducation et des loisirs sains et ancrés dans le monde réel. Le constat de la science et du sens commun sur les effets des écrans sur les enfants est alarmant, mais on peut se réjouir de nombreuses initiatives pour aider les jeunes à ne pas se laisser asservir par les écrans.

L'enfant-monstre

par Marc Chevrier

Dans un monde où savoir lire et écrire compte, les adultes sont les gardiens d'un trésor de culture dont ils détiennent les clés?; il leur revient de transmettre aux plus jeunes, en y allant par degrés, par les exercices qui les arrachent à la distraction du monde, ce qu'ils ont eux-mêmes reçu. Mais qu'advient-il lorsque, ainsi que le déplorait Postman pour les Américains, les adultes éprouvent moins le désir d'avoir des enfants que d'être des enfants eux-mêmes?? Là réside le problème. Une faune délurée habite notre société : ces hommes et ces femmes dans la maturité qui, courant après leur jeunesse en habits d'éternel adolescent, ont abandonné l'éducation de leurs enfants au petit écran.

 


Enfant: études et évocations

Enfance : quelques images tirées de l'histoire de l'art

par Stéphane Stapinsky

Flânerie sur le thème de l'art et de l'enfance, par le biais d'une sélection d'oeuvres picturales connues et moins connues.

Enfance : quelques ouvrages classiques et récents

par Stéphane Stapinsky

L'enfance. Sujet inépuisable pour les créateurs, les écrivains, les intellectuels et les savants. Il n'est pas question ici de viser une quelconque exhaustivité, même sur un point très précis. Ni même d'avoir l'ambition de présenter les "incontournables", ces titres que devrait avoir lus l'honnête homme pour prétendre à la culture. Je propose plutôt à votre attention quelques livres choisis, certains pour leur importance dans l'approfondissement d'un aspect ou de plusieurs aspects du thème de l'enfance (Philippe Ariès, Renée Joyal), d'autres parce qu'il s'agit de publications récentes dignes d'intérêt.

L'enfant dans le regard de Christiane Singer

« Oui, les enfants chambardent nos existences. Le malheur veut que nous nous chargions de leur éducation, au lieu de leur laisser faire la nôtre. Et tout le malheur vient de là. » Parmi les témoignages des écrivains contemporains sur l'enfant, celui de Christiane Singer mérite une attention particulière, en raison de l'éco anxiété des enfants de la nature dénaturée. Elle célèbre l'enfant vivant, celui qui est encore capable de cette « intuition que le sacré est partout, de cet émerveillement premier », creusant en lui une seconde dimension qui le protégera contre le conformisme, qui assurera sa créativité et son aptitude à l'amour dans les autres âges de sa vie.

Un enfant de Montréal, monsieur Émile

par Yves Beauchemin

Dans la littérature de langue française, l'enfant de Montréal, le monsieur Émile, dans Le matou, de Yves Beauchemin, ne mérite-t-il pas une mention à côté de Gavroche et de Cosette, immortalisés par Victor Hugo dans Les misérables ? À noter que, dans les deux romans, le destin de l'enfant s'accomplit dans et par la société, à mille lieux de l'État, de ses interventions, de ses professionnels, mais près d'un chat dans le cas de monsieur Émile.

Et l'enfant créa son bonheur

par Luc Bureau

Luc Bureau est sans doute le géographe québécois le plus près de son sujet, la terre. Dans Ma géographie est pleine d'histoires, son dernier livre, il combine allègrement culture savante et culture populaire en une cinquantaine de tableaux. Les premiers sont consacrés à son enfance dans le village de Saint-Évariste.

La vie de Flavie de Pauline Michel

lue par Hélène Laberge

Or, voici que je reçois en service de presse un livre de Pauline Michel1 La vie de Flavie avec un petit sous-titre intriguant, Aïe, j'existe! Sur la page couverture, une coquine Flavie rousse cligne de l'œil en tenant son petit chat noir pressé contre son visage; un dessin de Julie Cossette dont les autres illustrations sont tout aussi invitantes. Séduction immédiate. Qu'accentue la dédicace de l'auteure : «À celles et ceux qui m'ont aidée et m'aident encore à entendre résonner au fond de moi un rire d'enfant. » Ce rire d'enfant, le lecteur le partage tout au long du livre.Mais aussi la gravité qu'il recouvre parfois. Car l'écriture de Pauline Michel, son intuition poétique si vive et si fraîche nous y invite. Un livre qui se déguste comme un plat exquis.

L'enfant dans les films d'Otto Preminger

par Jean-Philippe Costes

L'Enfant, répond Otto Preminger avec une audace que seul dépasse le très corrosif Alexander Mackendrick, est un fils de William Shakespeare. Loin des images de comédie qui l'associent tendancieusement à la félicité infinie, il est l'acteur impuissant d'une véritable tragédie.

Alexander Mackendrick, le tueur d'enfant - Misère de l'Homme inachevé

par Jean-Philippe Costes

L'Enfant, dit Mackendrick, n'est pas l'être pur que vous connaissez ou feignez de connaître. C'est une créature fondamentalement ambiguë. Sous son masque angélique se cache un démon accusateur, qui vous donne le désagréable sentiment de vous juger en permanence.


Maturité, normalité

Maturité, normalité, différence

par Jacques Dufresne

Trois lignes : droite, oblique, horizontale, |, /, __, illustrant trois étapes que les Occidentaux ont franchies au cours des deux derniers siècles dans la conception qu'ils ont d'eux-mêmes : la maturité, la normalité, la différence.

L'adulte, mythe où réalité

par Olivier Reboul

Né en 1925, lecteur d'Alain, ancien professeur à la Faculté de philosophie de l'Université de Montréal, où il fut le premier à enseigner Kant, Olivier Reboul a terminé sa carrière à l'Université des Sciences Humaines de Strasbourg. On lui doit des travaux de premier ordre en philosophie de l'éducation. On peut considérer l'article que nous présentons ici comme un classique assurant la transition entre la pédagogie traditionnelle centrée sur le devenir adulte et une pédagogie nouvelle centrée sur l'enfant et ses intérêts actuels.

Un auteur du XVIle siècle pouvait écrire que la vie humaine ne commence qu'à vingt ans, quand la raison l'emporte sur l'aveuglement et les passions du premier âge: «Devant ce terme, l'on est enfant, et un enfant n'est pas un homme» (Pascal). Aujourd'hui, on tendrait à croire qu'un homme perd toute valeur, toute beauté, tout crédit, voire toute raison d'être à mesure qu'il s'éloigne de ses vingt ans, qu'on cesse d'être homme du moment qu'on cesse d'être jeune. Aujourd'hui, il n'y a plus de grandes personnes. Et c'est pourquoi il est si difficile d'être adulte.

L'adulte selon Aristote

par Michel Bédard

Nos conceptions de l'âge adulte sont encore imprégnées des idées d'Aristote sur ce sujet.Et pourtant cet acharnement même à dénigrer la philosophie d'Aristote - et, particulièrement, sa conception de l'adulte - révèle peut-être justement que le « sens commun d'aujourd'hui est inconsciemment aristotélicien » et qu'on doit fournir de grands efforts aussi bien pour s'en défaire4 que pour le bien comprendre.

L'adulte selon Descartes et Spinoza

par David Benhaim

Regrets exprimés par Descartes: « "Pour ce que nous avons été enfants avant que d'être hommes. [,,,] Si nous avions eu l'usage entier de notre raison dès le point de notre naissance, et que nous n'eussions jamais été conduits que par elle.. Spinoza est encore plus négatif: il pense que l'enfance est impuissance et esclavage; elle est ce qui nous sépare de notre puissance de penser et d'agir. Mais alors, cette survivance de l'enfant dans l'adulte est-elle un destin qui voue l'homme a l'infantilisme ou bien un obstacle qu'il faut dépasser pour devenir adulte? »

L'adulte dans la philosophie d'Auguste Comte

par Jean Lefebvre

Dans cette philosophie positiviste, l'homme adulte est essentiellement lié à la société devenue adulte grâce aux progrès de la science et à la disparition des préjugés et superstitions. « [...] l'homme se modifie lui-même afin de mieux adapter sa nature à sa destination et à sa situation. Le progrès rend compte de l'évolution vers l'ordre final de l'homme. Dans son fonctionnement, le progrès s'effectue d'abord au plan matériel, ensuite physique, puis intellectuel avant de passer, en dernière phase, au niveau social, niveau qui est aussi considéré comme moral par Comte. »

Immaturité et croissance chez Dewey

par Guila Benhaim

L'originalité de Dewey par rapport à la tradition philosophique est d'en avoir posé le problème en termes explicites et surtout d'avoir tenté par sa réflexion de dissoudre une fausse conception, celle de l'adulte envisagé comme l'état fixe et achevé auquel devait tendre toute éducation. Cependant sa critique n'a pas seulement un aspect négatif, elle aboutit à une nouvelle conception où l'adulte n'est plus considéré comme un être figé mais est engagé dans un processus dynamique, biologique et éducatif qui fait de lui un être essentiellement inachevé.

Éduquer les femmes en vue de la maturité

par Greta Nemiroff

En pensant à ces femmes qui ont vécu et sont disparues dans le silence, en suivant avec attention la trace de celles qui nous ont légué leurs pensées, nous pouvons présenter des modèles d'épanouissement aux jeunes filles. Peut-être alors ne craindront-elles plus la maturité qui leur apportera une liberté plus grande, ainsi qu'aux hommes.

.


Démocratie et liberté revisitées

Le cœur, la raison et la science dans l'exercice du jugement

par Jacques Dufresne

Dans le débat public actuel, un dangereux manichéisme prend forme à l'insu de ceux qui, avec les meilleures intentions du monde, en font le centre de leurs analyses : on y oppose la raison et les émotions, en identifiant la raison à la science et les émotions à l'ignorance. On essaie ensuite de redonner du lustre aux émotions en ayant recours à la notion d'intelligence émotionnelle. Pourquoi ne pas revenir plutôt au mot cœur, cher à Pascal : « le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas. » ?

Le plus dur des devoirs : La liberté chez Bernard Charbonneau et Jacques Ellul

Daniel Cérézuelle

Une opinion libre sur la liberté, chose rare. Dès que cesse la libération, on s'installe dans la liberté, ce qui est la façon la plus insidieuse d'y renoncer. Déboulonner les statues déjà par terre, c'est avouer son conformisme. La liberté n'est pas là où nous croyons la posséder, mais là où nous n'osons pas l'assumer : contre les faux consensus du temps et du moment.

Colloque Bernard Charbonneau à Science Po Bordeaux

LIberté, nature et politique à l'ère de l'anthropocène, 21 et 22 novembre 2019

Vue perspective sur la démocratie

par Pierre-Jean Dessertine

La démocratie est en crise, entend-on. Quel sens donner à cette affirmation ? La démocratie est-elle toujours notre présent ? plutôt notre passé ? peut-être notre avenir ? Pèse-t-elle comme notre passif ou peut-elle soulever notre espoir ?

 

 


 

Vidéos et photos

L'enfant du siècle en classe

Un instituteur aux prises avec des enfants branchés et conscients de leurs droits

Après la musique des sphères

Voici celle de la biosphère

Biosphère 2

 

 


Coordonnées

Abonnement: http://lalettredelagora.org/
Désabonnement: http://lalettredelagora.org/desabonnement

Questions ou commentaires: editeurs@agora.qc.ca

L'Encyclopédie de L'Agora
190 chemin Corey
Ayer's Cliff (Québec)
J0B 1C0 Canada